batman

Batman a réussi à maintenir l'ordre mais cette ordre est d'une tel fragilité. Les criminel son de plus en plus présent dans la ville... De plus en plus de crime...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Mar 28 Jan - 15:39

L'asile d'Arkham. L'un des lieux les plus connus de la ville de Gotham, après le pénitencier de Blackgate et le manoir Wayne. Un ensemble de cellules capitonnées, aux portes verrouillées, recelant de dangereux psychopathes, des violeurs instables, ou pires : des anthropophages pathologiques. La lie de la société, les égouts de l'humanité, gisaient dans ce complexe psychiatrique. Or, la cellule qui était la plus surveillée, la mieux gardée ; la cellule dont personne ne voulait s'approcher, n'était ni celle de Zsasz l'insatiable tueur en série, ni celle de Jane Doe, la criminelle voleuse d'identité, ni celle de jervis Techt, le détestable pédophile hypnotisant les jeunes filles ; non, cette cellule était celle d'un clown.

Ça pourrait faire une blague, tellement c'est risible d'incohérence !  M'écriais-je, en pressant ma petite tête maquillée (oui oui, les gentils médecins me laissent me maquiller. Car ce sont des amours de compréhension) contre le ventail de ma porte.

Et comme à chaque fois que je prends la parole dans cette asile, mon gardien se contente de me frapper d'un bon coup de tonfa sur le museau, en me rabrouant d'un sec « ta gueule ! ». Rooooh... Le grossier personnage.


Aïe ! Mon nez ! Faites-y un peu attention. Je n'en ai qu'un, et j'y tiens. On me l'a donné à ma naissance...

Second coup de tonfa sur la tronche, pour me dissuader de continuer à grincer mes commentaires venteux. Je n'ai pas mal (à force d'en prendre, des coups, les nerfs s'insensibilisent), mais bon, pour faire plaisir à ce pauvre gardien qui doit s'ennuyer ferme devant ma porte, je recule en titubant.

Ouille ouille ouille... Arrêtez de me frapper !

L'autre ricane. L'imbécile... Il croit sans doute que je suis brisé, maté. Que tant qu'il surveillera la porte, Gotham dormira en paix. Il se trompe. Il se fourvoie. Il a tout faux. Bref, il se plante, et dans les grandes largeurs ! Parce que je ne suis jamais brisé. Jamais maté. Ça non...

Oh que non...  Repris-je à vous haute, ce qui a le don d'agacer mon surveillant du jour.

LA FER-ME !   Jappe-t-il en donnant un bon coup dans ma porte, pour faire tonner le métal tel une membrane de tambour.

On regrette de m'avoir enlevé mon bâillon, maintenant, hein ?  Ricanais-je en mettant mes mains devant la bouche pour glousser comme une collégienne.

Il faut dire que la dernière fois qu'on m'a bâillonné, j'avais utilisé le bâillon pour étrangler mon gardien, et m'évader. Alors dans un sens, c'est logique qu'ils aient abandonné l'idée de me réduire au silence. Pareil pour mon costume et mon maquillage : on me le laisse, parce que sinon, je deviens... Comment dire ? Irritable ? Rebelle ? Je leur pourris la vie, quoi ! Et je m'y connais, en pourrissage de vie, ha ha ha ! Les gens ont tous un truc qui les agace, et moi, je repère ce truc en un clin d’œil, généralement. C'est peut-être un don... Je ne sais pas. En revanche, je sais que les gens ne cherchent jamais à me mettre de mauvais poil.


Hey, mon gars ! Comment tu t'appelles ?  Lançais-je à Pierce (oui, parce que je connais son nom, en fait. Je fais semblant de ne pas savoir. C'est comme un jeu, entre nous).

Bon, Pierce ne répond pas (il boude, sans doute. C'est peut-être une mauvaise journée pour lui). Mais je ne me démonte pas pour autant. Sans coller ma figure à l'ouverture de la porte (il n'aimerait pas ça), je lui demande donc, d'homme à homme :


Entre nous... C'est qui, pour toi, la criminelle la plus canon, à Gotham ?

Je peux presque l'entendre sourire, le bougre ! C'est bien le genre de question à laquelle n'importe quel homme répondra toujours, même si elle a été posée par un tordu comme moi. Sa réponse est quasiment immédiate (un peu banale, mais immédiate malgré tout).

Poison Ivy, sans hésiter ! J'ai toujours eu un faible pour les rousses en tenue moulante verte, et en plus Ivy, elle est du genre... Beauté fatale qui t'ensorcèle, tu vois ? Y'a rien de plus sexy qu'une femme qui peut te tuer d'un simple baiser. Si jamais un jour elle me tombe dessus, je s'rai bien capable de la laisser m'embrasser, juste pour le plaisir de sentir ses lèvres sur ma bouche. Et tant pis si je crève après : j'aurais vécu le meilleur jour de ma vie.

Ah, certes, le charme ensorcelant d'une belle plante, ça ne laisse personne indifférent... Mais dans le genre "beauté fatale", j'en connais une qui surpasse largement miss GreenPeace. Soupirais-je, en imaginant rêveusement ma jolie Harley se déhancher devant moi, dans son magnifique ensemble rouge et noir. L'ami Pierce grogne (ma réponse doit le lasser).

Ça va, on l'sait tous que tu en rêves, de ta groupie blondasse ! Mais c'est pas vraiment ce que j'appellerai une beauté fatale...

Ah non ?

En plein dans le panneau, andouille !

Je reviens coller par provocation mon visage à la porte, juste pour pousser à bout mon gardien. Et d'un timbre tout doux, presque un murmure, je lui demande :

Dis-moi, mon p'tit pote Pierce... As-tu déjà eu le crâne frappé par une masse de plusieurs dizaines de kilos ?

Parce que c'est ce qui t'attend tout de suite, ha ha ha !


Dernière édition par Joker le Ven 31 Jan - 15:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins

MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Mer 29 Jan - 13:55

Harley arriva marteau près a sortir pour Pierce. sauf que Harley lui donna un petit coup pour simplement l'endormir ensuite elle débarra la cellules pour le Joker et alla distraire les policier pour laisser le temps au Joker de partir sans laisser de trace puisque cela était pas trop dur pour Harley et les policiers car Harley avait été le psychiatre du Joker.

Harley attendait encore un peu et s'en allait rejoindre le Joker dehors a la voiture et partait ensemble pour ce rendre a la maison de Harley.

Harley était si contente de retrouver son Joker quelle était toute énerver et alla lui sauter dans les bras rendu a la maison elle avait hésiter a préparer une surprise pour son retour puisque Joker n'aimait pas trop les surprise alors la surprise allait juste être Harley qui l’accueillait a sa maison et elle avait décider de rien préparer mais de profiter de son retour.

- alors que fait t-on pour ton retour tu m'as t'as manquer mon Joker et je t'aime je suis heureuse que tu sois la !!!

Harley alla ce prendre un verre d'eau et s’asseoir sur le divan  quelque instant en écoutant la télévision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Mer 5 Fév - 20:55

Et VLAN ! Un bon coup de massue atterrit sur le coin du crâne de mon bon taulier, qui s'effondra à terre comme un pantin désarticulé. Je ricane dans mon coin, le temps que ma princesse charmante me délivre de ma cellule, aussi superbe qu'au premier jour.

On devrait vraiment insister pour que les gardes portent des casques, dans cet endroit...

La porte ouverte déclencha immédiatement une alarme, dans le poste des gardes. Pas de problème : ma chère partenaire fondait déjà voir ces messieurs pour les tenir en haleine, tandis que, jaillissant comme un diable hors de sa boîte, je venais tapoter gentiment la joue du petit pote Pierce.

Faudra écouter davantage, la prochaine fois, hein ?

Et le voilà qui grogne ! Harley n'avait pas frappé assez fort...

Tant pis. Du moment que je m'évade, un mort de mois ou de plus ne changera pas grand-chose...

Fonçant récupérer mes petites affaires (des choses pointues et tranchantes), je me dépêchais de quitter les lieux à la hâte, sautant dans la voiture (violette, bien sûr ! Que serait une Jokermobile sans sa carrosserie violette ?) qui attendait pour moi à l'extérieur de l'asile. Sur mes talons survint la psychiatre la plus adorable de Gotham, la seule femme qui sache organiser mon évasion avec autant de panache.

N'est-elle pas merveilleuse ? Demandais-je à la cantonade. Les réponses (positives) fusèrent, naturellement.

Qui irait nier ce point ? Surtout avec moi ! Mon regard s'éternisa sur la silhouette féminine qui nous rejoignait, avant que notre voiture ne démarre en trombe, direction... Peu importe où !


Ma Harley ! Ma belle, fidèle, étincelle Harley ! Mes mains enveloppèrent dans une tendre étreinte ma douce blonde, l'installant tout contre moi tandis que je roucoulais : Tu as bien fait de me faire sortir, ma puce. Gotham se mourrait d'un ennui mortel, et il va falloir que nous changions ça au plus vite. Je vais avoir besoin de réfléchir, donc dès que nous sortirons de la voiture... Il faudra me laisser tranquille. Mais en attendant...

L'inconfort désagréable d'une banquette arrière lors d'un trajet à tombeau ouvert me parut infiniment préférable à tous ces passages sous la douche, à l'asile. J'étais libre, j'étais entouré de ma petite famille, et j'allais bientôt redonner des cauchemars à tous ces bons gothamites trop pressés de tirer un trait sur le Joker. Aucun aphrodisiaque au monde n'aurait pu autant me survolter que pareilles perspectives d'avenir !

Rendu à destination (chez Harley... Pourquoi pas à notre planque ? Ah oui ! La police l'avait saisie... C'est vrai), notre escouade clownesque débarqua du véhicule en claquant des portières. Les hommes de main, tout peinturlurés et armés de fusils-mitrailleurs, escortèrent leur couple royal jusqu'à l'intérieur si familier de la maison de ma moitié, où elle me pépia, impatiente :


- alors que fait t-on pour ton retour tu m'as t'as manquer mon Joker et je t'aime je suis heureuse que tu sois la !!!

Ha ha ha... Riais-je, comblé de bonheur, en faisant tournoyer dans mes bras la princesse de mes folies. Personne ne me dit des mots d'amour comme toi, mon trésor d'Arlequin ! Tu m'as tellement manquée, toi aussi... J'en tuerais des dizaines de gens, tant cela m'a frustré ! L'éclair de violence qui alluma mon regard s'éteignit l'instant d'après, tandis que je promenais mes mains aventureuses sur la croupe de cette jeune demoiselle aux grands yeux d'azur.

Pour ce qui est de nos plans... Tu sais bien que je n'aime pas en parler trop vite, ha ha ha ! Rapidement, mon visage plonge sur la joue gauche d'Harley, y collant un baiser rapide, léger comme un papillon. Alors laisses un peu papa cogiter dans son coin ! Ordonnais-je d'un ton autoritaire, en lui claquant doucement la fesse.

Comme une bonne petite assistante, elle décolla en direction du salon, se servant un verre d'eau avant de s'installer devant la télévision.


C'est calme... TROP calme.

Mon flingue jaillit sans même avoir à y penser, droit sur le recoin un peu trop sombre de la pièce, là où devait se planquer ce petit fouineur de Batounet. Mon canon tremblotte un peu (fichue main !) et je finis par me rappeler d'un truc : la chauve-souris est morte...

Owwww... Je suis sûr que ça va me miner le moral pendant des semaines, cette histoire de Batman mort...

Ah bah non !

Aussitôt pensée, cette idée s'évanouit de ma petite tête de psychopathe, et je pars gambader dans la maison d'Harley, saluant les portes, les fenêtres, la Liberté, les hyè...


Daaaaaa da da da... Mes bafouillis accompagnèrent mon recul, lorsque je me mis hors de porté des mâchoires des bestioles de ma belle blonde. D'accord, les hyènes d'Harley ne voulaient toujours pas que je les asticote. Pas grave, j'irai bientôt embêter des gens beaucoup plus marrant.

Haaaaaaaaarley ? Appelais-je, en sautillant légèrement vers le divan où elle se trouvait, mes cheveux flottant dans les airs.

Dis-moi donc, ma puce... Tu es toujours amie avec cette rouquine de Pamela ?

J'enverrai des fleurs (et une bombe) à Pierce, pour m'avoir soufflé cette idée-là.

Un bon gros large sourire du Joker s'étala sur mon visage, lorsque je repris :

Parce que pour mon retour, j'ai envie de faire quelque-chose d'un peu spécial. Un numéro inédit du Joker, qui amusera toute les galerie, petits et grands. Mais pour y arriver, il me faudrait une diversion. Et je crois qu'Ivy est très douée pour réaliser ce genre de chose... Tu crois que tu pourrais la convaincre de nous donner un petit coup de main, ma jolie puce à couettes ? Fis-je en me glissant sur le divan, juste à côté de mon infirmière préférée, en lui parlant le plus gentiment du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins

MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Jeu 6 Fév - 2:16

Harley et Joker était de retour a la maison avec les hommes-clowns du Joker  Harley lui avait demander ce qui voulait faire pour l'instant ils avait prit le temps de réfléchir a ces plans  Harley était sur le divan et vue le Joker arrivé a ces coté en ce glissant son tendre Joker chéri par quelque fois cinglé mais ceci ne lui dérangeait pas parce que était tomber éperdument amoureuse de lui  c'était son Joker chéri pour la vie du mois elle le pensait avoir trouver sa perle rare.

elle en profitait pour ce coller contre Joker et aller dans ces bras elle c'était s'y ennuyer de lui quel y resterait pour la soiré elle était bien et en sécurité toute fois en étant dans ces bras Joker lui demandais lui avait demander un tout petit peu plus tôt si elle était amie encore avec Ivy ceci avait changer et c'était loin de changer

- oui mon amour je suis toujours amie avec Ivy


alors le Joker lui demanda  si Harley pouvais demander a Ivy de la convaincre de aider a  son prochain projet divertir les gens puisque cette chère Ivy était plutôt très charmeuse et la plus belle des fille pour tous les gens aport du Joker les gens la prenait pour la plus belle rouquine du monde de Gotham.

- oui mon beau Joker chéri je pourrais lui demander pour quand voudrais tu savoir sa ?

puisque le Joker était la Harley en profita pour lui donner un baiser et rester contre son Joker quelque instant.

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Harley Quinn [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Ven 7 Fév - 7:13

Donc donc donc... Poil de carotte s'en va occuper les flics, pendant qu'on prépare le feu d'artifice... Ivy finira par se faire arrêter, ou échappera aux poulets ; l'un ou l'autre, on s'en fout. Ce qui compte, c'est ce qui se passera le lendemain...LA date que Gotham doit apprendre à craindre, LA DATE que je vais faire rentrer dans le calendrier gothamite par le feu et par les morts !

C'est toujours aussi génialement fantastique d'être moi. On a des amis fidèles, une petite amie canon, des jouets par milliers, et toutes les occasions du monde de se fendre la poire. Harley dans mes bras, je me laisse aller dans le canapé (mais pas trop, quand même), savourant le confort douillet de mon petit chez moi en jouant d'une main affectueuse avec les cheveux de ma princesse du Crime. Sa voix délicieuse me confirma qu'elle et Pamela se fréquentaient toujours (un bon point pour mon plan !) et ma petite chérie d'Harlequin anticipa même sur ma question suivante, en me demandant à quelle date je comptais solliciter les prestations de la sinueuse rouquine.

Aaaaah, de l'intelligence. Douce musique à mes oreilles... Comme j'aime voir que je ne suis pas entouré d'imbéciles.

En soupirant mentalement d'aise, mes lèvres laissèrent les siennes se rencontrer, tandis que la petite gourmande me montrait combien je lui avais manqué. Étant un homme très doué pour prioriser les choses, je mis donc sur « pause » l'exposition de mon ingénieux plan pour rendre la pareille à Harley. Mes mains gantées vinrent former une coupe saisissait son délicat visage, et à mon tour, je lui offris un baiser. Car croyez-le ou non, à Arkham, j'avais rarement eu l'occasion d'embrasser des gens (il y avait bien la fois où ce gardien bien bâti m'avait fait d'insistantes avances, mais ça ne compte pas... J'avais déjà une blonde, après tout !), c'est donc avec d'autant plus de satisfaction que je me laissais aller à ce petit moment d'intimité... Jusqu'à ce que mon infatigable cerveau ne vienne me souffler une nouvelle suggestion monstrueusement amusante.

Ahah ! J'ai trouvé ce qui manquait à mon idée originale !

Fin des bisous.

En rompant immédiatement mon embrassade avec la plus sexy des psychiatres, je me remis sur mes pieds, tout excité (follement excité, devrais-je dire). Les yeux étincelants, mains jointes l'une dans l'autre, je me mis à réfléchir à voix haute (il me semble... Je ne peux jamais en être sûr... J'ai toujours l'impression que les gens entendent ce que je pense).


La banque de Gotham... Ou la Tour Wayne... Ou le truc moche de Shreck... Ou la tour du GCN... Bimbadaboum ! Donc il nous faudra plus de gens... Des cris, des cris, des cris ! Et la date de ce supplément devra être choisie en conséquence, pour sublimer un peu l'anniversaire qu'on célébrera... Moui oui oui... Ce sera sensationnel, fantastique ! Mon chef-d'œuvre de crime !

D'une œillade glissée, mon attention retourna droit vers Harley, ses yeux bleus, son sourire, ses hanches, ses lèvres, et son intelligence.

Tout cela va demander beaucoup de temps, ma belle... De la minutie, de l'organisation, de la précision... Dis à ta grande amie de se préparer à agir pour la date où Batman a sauvé Gotham d'une bombe nucléaire.

Je me jette sur Harley, tout à coup, appuyant mes mais de part et d'autre de ses épaules, la surplombant elle, assise sur le canapé, en la dévorant des yeux. Nos bouches sont à quelques millimètres, je peux sentir son parfum me remplir les poumons, et sa proximité de me rend dingue. Après une profonde inspiration pour me gorger de son odeur, je murmure à ma douce :

Cette ville a toujours vu Batman comme son protecteur, mais maintenant, il est mort. Notre pire ennemi est mort, ma beauté. Et toi et moi, on va se charger de le rappeler à la population de cette ville, en mettant du sel sur leurs plaies. Quand ça fera un an, jour pour jour, que le chevalier noir aura donné sa vie pour sauver Gotham, nous ferons exploser le palais de justice. On va célébrer l'anniversaire de la mort de Batman, les un an de son décès, en rayant de la carte l'édifice qui représente la Justice, cette belle et grande Justice en-laquelle il a fait croire les citoyens de cette ville.

Ahahahahahah... Mon idée sonne encore meilleure quand je l'explique à voix haute !!! C'est tellement fou, tellement sinistre, tellement cocasse, tellement... Moi ! Ha ha ha !

Tout à ma liesse, je me laisse un peu aller à embrasser Harley, déposant des baisers furtifs, légers, dans son mignon petit cou, tout en lui caressant tendrement l'épaule. Ce que je l'aime, ma psychiatre adorée ! J'en crèverai, si les circonstances nous séparaient ! Quoique... J'avais déjà pensé ça pour Batman, et au final... Mais bon ! Batman n'avait pas le dixième du sex-appeal d'Harley, il faut bien le dire.

Ooooh toi... Si je m'écoutais, je t'offrirai la Lune ! Avouais-je en souriant amoureusement à mon idéal de grâce féminin, juste avant que mon cerveau ne s'emballe à nouveau, et que l'envie d'exposer les détails de mon génialissime plan ne me reprenne.

Mais avant de t'offrir la Lune, je t'offrirai... Gotham ! Le jour où le Palais de justice sautera, nous répandrons le chaos dans cette ville amorphe et endormie. La tour Wayne tombera en miettes, et ce sera pareil pour Shreck. Les riches et les puissants tomberont en lambeaux, l'ordre éclatera en miettes... Et la banque de Gotham sera vidée de tout son argent. Dis-moi Harley, tant que l'on parle de tes amies... Tu as gardé contact avec Catwoman ? Elle aussi, elle pourrait nous être utile. Une criminelle de plus, ça ne serait pas du luxe. Surtout qu'une voleuse, c'est exactement ce qui manque à mon plan foldingo pour devenir l'événement du siècle !
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins

MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Mar 11 Fév - 1:39

Harley était passer de assis a coucher sur  le divan parce que le Joker son grand amour l'avais étendu sur le divan en lui donnant pleins de baiser quelque instant plus tôt mais il venait de penser si sa douce Harley était toujours amie aussi avec CatWoman et il lui demandait.


- mon Joker chéri je doit te dire que on c'est retrouver  sa fait quelque temps moi et CatWoman parce que on c'était perdu de vue alors tu es chanceux je vais pouvoir la contacter et lui demander.



pendant que le joker était prêt de Harley Harley appela Ivy et CatWoman pour leur demander si ils voulait  aider le Joker a son plans  Joker avait demander a Harley de essayer de les convaincre et Harley avait pu leur parler Ivy accepta mais CatWoman avait refuser parce que elle peut pas  elle a autre chose de plus important à faire.


ensuite Harley raccrocha son téléphone et dit

- mon Chéri Ivy accepte mais CatWoman peut pas elle as  autre chose de plus important a faire et maintenant est- ce que tu es prêt a te précipiter et t'engager juste pour moi du temps pour ta douce et tendre amour a  faire ce que tu m'as dit  m'offrir la lune  parce que moi je suis toute a toi en lui donnant un baiser passionné  et en lui caressant la joue avec un air coquine !!!

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Harley Quinn [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Jeu 13 Fév - 14:24

Comme toujours, Harley se met en quatre pour me servir. Si vous n'avez jamais été incarcéré dans une cellule pendant des mois après avoir tenté de détruire tout une ville, vous ignorez à quel point ça peut être réconfortant, de se voir obéi au terme d'une pareille traversée du désert. Si elle n'avait pas eu besoin de sa langue pour discuter avec ses copines, je me serais empressé de venir la lui chercher à coups de baisers langoureux, comme dans les films (les bruits humides en moins. Je trouve ce genre de son répugnant). Et puisqu'il me faut attendre, j'attends impatiemment, comme j'en ai l'habitude.

Batman est hors-jeu, mais d'autres vont essayer de prendre sa place. Et puis, il y a encore les flics. N pourra les distraire, un temps, mais il va falloir faire mieux. Faire plus. Les briser, tout comme il faudra casser toute envie de reprendre le flambeau de Batman. Gotham doit comprendre que le désespoir est la seule émotion à laquelle elle a le droit, pour que moi, l'amuseur public, je sois accueilli en héros ! À moins que je ne me lasse de suivre ce plan, et que je décide d'enfumer toute la ville avec un gaz toxique ? Ou bien je pourrais ruiner le système économique de Gotham en vidant toutes les banques de leurs fonds, pour les mettre à brûler dans de grands feux de joie sur les toits du centre-ville ? Un bon gros sourire de flammes, qui sent le kérosène, l'encre brûlant et le papier carbonisé...

Cette pensée de feu avait de quoi me séduire, mais je pouvais faire mieux... Ma créativité avait été réduite au choix des dessins que je griffonnais sur les murs de ma cellule depuis trop longtemps. Pour marquer mon retour, il allait falloir exploser tous les records, briser les interdits, faire sauter toutes les attentes, et mettre en émois ce ramassis de tristes sires qu'on avait l'indécence d'appeler "habitants". Tuer des gens en pleine rue, c'était pour les tocards et les mecs sans envergure. Moi, je voulais aller plus loin... Tuer énormément de gens en pleine rue, par-exemple ! Ou tuer uniquement les femmes. Ou obliger les maris à tuer leurs conjointes... Ça serait marrant !
Mais refocalisons-nous sur le présent, car voilà qu'Harley m'apporte deux nouvelles. Une bonne, et une mauvaise...


Ah ? Catwoman a mieux à faire que de participer à l'un de mes plans ?

Ma partenaire de crime revient à la charge, mais je suis un peu ailleurs, tandis que sa main (douce, au demeurant) me caresse la joue. Et ses baisers ne font rien pour chasser mon humeur maussade.

Qu'est-ce qui est plus important que de retourner cette ville sans dessus-dessous pour l'anniversaire de la mort de notre chauve-souris nationale ?

Je consulte du regard mon arlequin d'amour, en plissant les lèvres et en fronçant les sourcils, ma langue claquant sèchement dans l'air pour marquer ma désapprobation. Gentiment (enfin... Gentiment de mon point de vue), je repousse Harley pour ruminer un peu cet imprévu. Instinctivement, ma main glisse dans la poche de ma veste où se trouve mon pistolet, que je sors (ça m'aide à réfléchir, de tenir une arme chargée). Songeur, je me mets à me tapoter le crâne avec mon flingue (le contact froid et dangereux du canon métallique aussi, m'aide à réfléchir).

Non, franchement, je ne vois pas...

Ma colère explose. Je hausse le ton, en agitant les mains dans tous les sens, déambulant à droite et à gauche dans la maison de ma compagne.

ALORS VOILÀ ! On passe DES MOIS à réfléchir dans son coin à un plan génial pour détruire Gotham et réduire cette mignonne petite ville en cendres, on invite gentiment quelques personnes à prendre part aux réjouissances, et que se passe-t-il ? Y'EN A QUI REFUSENT ! IL Y A DES GENS QUI PENSENT AVOIR MIEUX À FAIRE QUE DE DÉTRUIRE UNE VILLE ? SÉRIEUSEMENT ? Mais je vous le demande : dans quelle espèce de monde on vit, si les gens ne savent plus où sont leurs priorités ? Quel criminel digne de ce nom répond "J'ai mieux à faire" quand le Prince du Crime en PERSONNE, le Joker, le seul et l'unique, lui propose de participer à un plan jamais vu pour provoquer l'écroulement intégral d'une ville ?

La réponse négative de Catwoman me met de méchante humeur, je ne vous le cacherai pas. Mais ce qui m'énerve le plus, c'est la raison pour laquelle la chatte m'a envoyé sur les roses... Parce qu'Harley n'a pas su la convaincre ! Voilà ce qui arrive, quand on laisse quelqu'un d'autre faire le boulot important : c'est mal fait, bâclé, et tout rate. Et je parle d'expérience : j'ai des dizaines d'hommes de main !
Pas vraiment amicalement, je retourne vers Harley, en la regardant très attentivement dans le blanc des yeux. Bras le long du corps, tête inclinée sur le côté, comme à chaque fois que je suis sur le point de l'engueuler. Même les petits fourmillements d'excitation qui m'envahissent avant chaque dispute sont là, c'est dire si elle va y avoir droit !


Batman... Catwoman... Mieux à faire que de détruire la ville... Décrocher la Lune...

Le tourbillon de mes idées s'arrête finalement sur ces quelques mots qui me reviennent avec une clarté cristalline, tandis que mes jambes s'immobilisent et que je me remets à considérer le refus de l'amie d'Harley, avec un œil nouveau, cette fois-ci.

Attends voir un peu...

Je consulte à nouveau ma chère beauté blonde, en utilisant mon pistolet comme le prolongement de ma main, en roulant des yeux tandis que je farfouille dans ma mémoire mal rangée.

... Catwoman, c'est pas celle avec qui Batman entretenait un genre de relation ? Pas aussi passionnée que nous deux, bien sûr ! Mais je me souviens que les avoir plus ou moins vus fricoter ensembles, à leur manière...

Mon idée devient de plus en plus crédible, à mesure que je retourne vers ma douce infirmière, ma psychiatre dévouée rien qu'à moi.

... C'est ça qu'elle compte faire, pour l'anniversaire de la mort de son amant : honorer la disparition de Batman. Probablement en allant déposer des fleurs sur sa tombe, ou peut-être lui miauler une triste complainte depuis les toits... Bref, on s'en fout, c'est barbant ! Conclus-je en haussant les épaules, avant de venir m'enrouler avidement autour de la plus belle femme de la Terre, rapprochant nos deux visages maquillés à souhait pour que nos souffles se mélangent en une embrassade éthérée.

Je respire son air, et elle respire le mien. Harley a toujours senti très bon, même si le goût de ses lèvres surpasse de très loin son odeur. Mes yeux noirs plongés dans ceux, bleu azur, de cette sublime créature, je me permets de faire glisser tendrement un index sur la surface de sa bouche, comme si je voulais caresser ses lèvres. L'autre main qui m'appartient s'assure qu'elle ne s'éloignera pas de moi, en la maintenant fermement collée à mon bassin.


Brrr.... J'ai le cœur qui bat à cent à l'heure. Ça doit être l'excitation sexuelle... Ou peut-être est-ce ma hâte de tuer d'autres gens ? Ou alors, c'est ma colère, pour avoir loupé l'occasion de tuer Batman ? À moins que ce ne soit ces foutus médicaments, qu'ils n'arrêtaient pas de me donner, à Arkham, et dont mon organisme déplore le manque, à présent ?

Je me souviens d'une fois, où Harley et moi étions à peu près dans la situation actuelle : étroitement serrés l'un contre l'autre, à nous dévorer des yeux, échangeant des baisers comme deux petits fous d'amour que nous étions... Jusqu'à ce que l'un de ces crétins d'hommes de main n'entre, et nous interrompe. Je l'avais tué d'une balle en plein crâne, pour la peine, ha ha ! Et à en juger par le calme olympien dont nous jouissions en ce moment, le message avait été passé au reste de mon gang : quand Papa et Maman fêtent leurs retrouvailles, on n'entre pas dans la pièce, sauf en cas d'extrême urgence.

Harley, il n'existe personne au monde que je veuille moins tuer que toi ! Tu es la femme parfaite, MA femme parfaite ; et s'il suffit d'aller décrocher la Lune pour te convaincre de mon Amour pour toi, alors ce sera chose faite...

Tel un danseur de tango expert, je fais agir mes mains pour que la demoiselle de mes rêves bascule lentement à l'horizontal, tandis que j'accompagne sa descente de mon torse. Le moment idéal pour sceller d'un baiser ma promesse. Mais je précise à la place :

... Lorsque Gotham aura connu son jour le plus noir.

Ce qui n'est pas près d'arriver, je m'en rends bien compte. Il y a tant à préparer, tant à faire, tant à défaire, et la date est déjà si proche... Je tire Harley vers moi pour l'aider à se relever, avant de m'éloigner d'elle. Sa présence me perturbe, m'empêche de penser à autre chose qu'à elle, qu'à ses adorables yeux du bleu cristallin des lagons océaniques, qu'à son sourire d'ange qui vous fait littéralement fondre de l'intérieur, qu'à sa voix douce, stimulante et rafraîchissante en même temps... Là ! Vous voyez bien !

Gordon... Il va falloir mettre Gordon à l'écart. Cette petite fouine de moustachu à lunettes pourrait tout gâcher, à se montrer trop persuasif. Il va nous falloir lui arranger un petit accident, qu'on le remplace par un incompétent notoire.

Harley ?

Hé oui ! De nouveau, j'appelle ma précieuse blonde à la rescousse. Que serait-je sans elle ? Probablement le pire des criminels, à n'en pas douter.

Dis-moi... Toi qui a été psychiatre... Est-ce qu'il y aurait un moyen pour obliger quelqu'un (par-exemple, le commissaire Jim Gordon) à passer une sorte d'évaluation psychologique ?

Le plan me vient à mesure que j'en parle, comme d'habitude. Un peu comme si mon cerveau avait déjà tout imaginé, mais qu'il me laissait découvrir peu à peu les détails de cette nouvelle lumineuse idée.

Je sais que tu ne portes pas le commissaire Gordon dans ton cœur, ma tendre Harley. Et moi non plus, je ne l'aime pas. C'est un policier qui veut à tout prix nous empêcher de nous amuser, et en plus, il est ronchon, et pas marrant. Alors je me disais que peut-être, tu connaîtrais quelqu'un, parmi tes amis psychiatres, qui pourrait s'arranger pour faire passer une évaluation psychologique à Gordon, et se débrouiller pour le faire échouer. Comme ça, tout le monde le croirait fou, et il serait renvoyé de la police !

Le Chapelier Fou était le champion de ce genre de chose, mais je me méfiais un peu de lui. Je préférais confier ce genre de travail à un ami d'Harley. Rendre quelqu'un fou, ou le faire passer pour fou, c'était quelque-chose d'accessible, pour un psychiatre. Sans vraiment m'y connaître personnellement, je sais que certains médicaments peuvent rendre un homme instable s'il sont pris régulièrement ; on peut aussi s'arranger pour manipuler quelqu'un et le pousser à croire qu'il est fou, voire même l'hypnotiser discrètement pour obtenir des résultats efficaces ! J'aurais bien aimé être psychiatre, mais bon... La vie en décida autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins

MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Ven 14 Fév - 3:32

Joker m'avais demander si je connaissais quelqun dans mes amis psychiatre pour faire passer une évaluation psychologique a Gordon Harley réfléchissa...


- tu sais quoi mon amour je viens de penser a quelqun qui serait intéresser a aider a ton plans et faire sa katharina elle es étudiante et je me suis fait appeler pour lui donner des cours lui apprendre le travail que je faisais et maintenant elle es très douer alors elle pourrait le faire et elle serait intéresser ces sur !!!

Harley ce leva pour ce rapprocher de son Joker en espérant qui soit content et qui ne ce réloignerait pas plus maintenant quelle avait réussis a régler le problème.



- Alors tu en pense quoi !!! en restant devant lui et en espérant quelle aurait pas le droit a une engueulade sinon dit moi je t'aiderait comment moi a ton plans Ivy a séduire et s'occuper d'attirer l'attention, katharina a faire des test toi a faire ton plans  alors moi je ferais quoi a quoi puis- je être utile?

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Harley Quinn [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Dim 16 Fév - 16:05

Une étudiante, pour pousser Papy Gordon dans les orties ? Mouais... Pas sûr que ça fonctionne... Enfin, si elle échoue, j'aurais une personne sur qui me défouler.

Gordon est un vieux de la vieille, pas facile à berner. Je le sais pour avoir essayé, une fois ou deux. Et à chaque fois, ça ne passait pas ! Mais c'est peut-être mon allure de fou dangereux qui le rendait méfiant vis-à-vis de mes allégations... Allez savoir.

Ha ha ha ha... Tu sais, ma jolie Harley, c'est dans des moments comme celui-ci, où tu me proposes exactement ce dont j'ai besoin pour finaliser mes plans, que je t'adore le plus !

Ces moments-là, et aussi ceux où tu assommes un type pour que je puisse le torturer à loisir.

Ma petite tête de sinistre clown tourbillonne (la fatigue ? Ou l'ivresse d'une joie infinie ? Ou alors une fuite, dans les conduites de gaz ?), je me sens tout-à-coup très las. Toutes ses réflexions sur la manière dont Gotham tremblera de peur commencent à se faire ressentir sur mon corps, et c'est avec un sourire tendre que je réagis aux interrogations de mon infirmière chérie (jamais à court d'énergie, elle). Sans regarder où il part, je jette mon pistolet (qui, heureusement, tombe au sol sans se déclencher.... Et on dit que ces engins sont dangereux !), pour venir auprès de la plus adorable blonde de la Terre, toute prête à recevoir mes instructions. Sauf que moi, évidemment, je n'ai plus tellement envie de tirer des plans sur le futur. Ce qui m'intéresse davantage, ce serait le présent.

Arlequin de mon cœur, tu m'es déjà très utile par ta présence.

J'ai de nouveau l'envie de l'embrasser à pleine bouche, ma Harley d'amour. Mais je me retiens, comme un enfant au soir de Noël qui irait se coucher pour n'ouvrir ses cadeaux qu'au mâtin. L'attente donne aux choses une saveur tellement délicieuse... Plutôt que de la toucher avec mes lèvres, je déshabille du regard ma psychiatre personnelle, dont chaque centimètre carré de peau m'est familier.

Pour ce qui est de savoir quel rôle tu joueras le jour de l'anniversaire de la mort de Batman... Nous aurons le temps d'en parler...

Je l'entraîne délicatement vers le divan, en l'installant sur mes genoux.

... Plus tard.

Je résiste aussi longtemps que je peux avant de céder. C'est si délicieux, de se laisser aller à embrasser une femme comme ma moitié rouge et noire. Presque agressivement, mes mains font en sorte de placer diverses parties de son corps à portée de ma bouche, que je puisse goûter les mille parfums de la seule femme qui ait su ravir mon âme. Évidemment, les préliminaires me font de l'effet, mais avant d'arracher ses vêtements à ma douce, je préfère lui glisser quelques mots.

J'espère que personne n'a songé à te désobéir, en mon absence, au sein du gang ? Si c'est le cas, je les punirai, ma reine de cœur adorée.

Mes mains n'interrompent plus leurs caresses, redécouvrant les courbes si excitantes de cette infirmière belle à tomber, puis l'aident à s'allonger sur le divan. Moi installé au-dessus d'elle, comme un dôme protecteur, je lui dépose un rapide baiser entre les deux seins, avant de me préparer à l'emmener au septième ciel, juste à côté de la Lune.

Laisse-moi donc te montrer à quel point j'ai envie de me précipiter avec toi.

Un sourire (le sourire du loup devant sa proie) étira ma figure rouge et blanche, dévoilant mes dents jaunes. Je respirais tellement fort, tellement vite que la tête se remit à me tourner. Harley me rendait dingue, à en perdre le sens des priorités, dans son costume.

C'est la partie que je préfère, dans les évasions d'Arkham. Le moment où, tranquilles, elle et moi rattrapons tout ce retard accumulé en nous déchargeant du stress du quotidien dans une embrasse complète.
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins

MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Lun 17 Fév - 0:39

Harley étant dessous son charmant prince quelle aimait de tout coeur ce laissant emporter jusqu’au septième ciel presque a y toucher la lune était dans un désir quelle y rêvait depuis si lontemps elle espérait un si bon moment au retour de son amour qui lui avait temps manquer.

Joker l'embrassait tout partout quel autre moment pouvait être plus fabuleux pour l'instant ce moment était le plus paisible pas de soucis , pas de plans rien que ce moment entre les deux amoureux  leur regard ce croisèrent leur bouche et leur souffle qui ce rencontrait leur peau qui ce touchait tous les deux lier en un dans un beau moment ou le Joker l'avait allonger sur le divan.

Harley avait demander ce quelle pouvait faire pour l'aider et il lui avait répondu que sa présence  s'était si beau d'entendre sa mais Joker savait qui pouvait compter sur sa Harley quoi qui arriverait et Harley savait que son étudiante ferait l'affaire pour le plans du Joker elle apprenait très vite alors il y avait pas de soucis a ce faire sourtout maintenant puisque la maintenant c'était seulement le Joker et Harley  qui contait  leur charmante soiré entre les deux être aimer et leurs âmes et leur corps qui était entrain de ce toucher un pur moment et désir magique qui était loin de ce terminer


- oh si tu savais combien je t'aime mon Joker chéri j'espère que un jour on seras réunis a tout jamais  mais tu dirais quoi de habiter avec moi ?

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Harley Quinn [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Mer 26 Fév - 15:23

Ce qu'il y a de bien, avec les costumes d'Harley (en plus du côté moulant, je veux dire), c'est qu'à force de la voir porter toujours les mêmes, j'avais fini par savoir la déshabiller sans avoir à tâtonner pour trouver telle ou telle attache. Mais mains faisaient le boulot machinalement, entre deux caresses, dégageant ses hanches de son pantalon par-ci, dénudant ses épaules par-là, m'installant entre ses jambes écartées tandis que nos corps commençaient gentiment à fusionner. Je me noyais en Harley, tout comme elle se laissait sans résistance englober par mon étreinte, notre union charnelle rendant la distance entre nous inexistante. Toute émoustillée, ma jolie infirmière à moi me susurra avec sa voix si mélodieuse et flutée :

- oh si tu savais combien je t'aime mon Joker chéri j'espère que un jour on seras réunis a tout jamais mais tu dirais quoi de habiter avec moi ?

Gentiment, je lui mets un index sur les lèvres, comme pour lui dire que ce n'est pas le moment de parler de ça. Tendrement, je lui rappelle :

Moi, là, tout de suite, j'ai surtout envie d'habiter en toi...

Pour rendre la chose bien explicite, mes deux mains empoignent son bas de costume, et le tire vers le bas, dévoilant ses sous-vêtements tandis que je l'imite, un peu après, dans sa tenue dénudée. Des frissons d'excitation m'engourdissent de part en part, et je sens mes pupilles se dilater de désir. Le sang afflux dans mes membres, réchauffant tout mon corps, me hurlant de venir m'insérer dans le sein aimant de ma douce compagne, que j'embrasse goulûment, voracement, comme si cette journée allait être notre dernière, retenant mon envie d'en venir à la partie la plus importante pour que les préliminaires lui profitent à elle autant qu'à moi.

Allez, ma princesse de folie ! Fais-moi grimper au rideau !

Patron !

Ah non !

Il ne pouvait pas plus mal tomber, ce crétin-là ! Voici qu'entre dans la pièce l'un de mes hommes de main, l'air tout paniqué, alors que je m'apprêtais à entrer dans le vif du sujet, avec Harley. Ce pauvre demeuré déguisé en clown comprend vite dans quoi il vient de s'immiscer, d'ailleurs. Il porte son regard entre Harley, à demie nue et prête à m'accueillir, et moi, pantalon baissé, qui le toise avec deux yeux plus noirs que les abîmes de la Mort.

Oh...

En soupirant, je lève théâtralement les yeux au ciel, tout en remettant mon pantalon.

Bouges pas d'ici, pupuce. Je reviens. Juste le temps de tabasser ce merdeux. Et ensuite, on reprendra là où en était, toi et moi... Promis-je en lui décochant une œillade langoureuse, une main sur les hanches.

Empoignant mon flingue, je vise immédiatement la tête de l'imbécile, le doigt sur la détente.


Si tu as une dernière phrase à déclarer avant de mourir, c'est maintenant ou jamais.


Une odeur désagréable monte dans la pièce... Une odeur d'urine.

Ce mec se pisse dessus de trouille... Mais quel déchet !

BATMAN EST EN VIE ! Beugle machin, juste avant que je ne lui troue la tête d'une balle de 38.

Silencieux, je surveille son visage tordu par une grimace de peur. Il est évidemment anxieux, redoutant de mourir s'il fait en serait-ce qu'un petit truc pour m'énerver, mais il n'a pas l'air de mentir, ou d'inventer une histoire pour m'empêcher de lui tirer dessus. N'empêche, j'y crois moyen. En deux pas, je suis sur mon larbin, une main lui serrant le col, l'autre enfonçant le canon de mon arme sur ton front gluant de sueur (ce qui est répugnant. Autant la sueur entre les seins d'Harley, c'est sexy, autant là, je suis à deux doigts de vomir).


Batman est mort, tête de veau. Les gens ne survivent pas à un explosion. Pas même lui. C'était l'un de ses faire-valoir de Robin, ou un imitateur, qui essaie de se faire passer pour lui !

J'insiste, pour l'obliger à me cracher tout ce qu'il sait sans me faire perdre mon temps (c'est qu'il y a ma blonde qui m'attend, sur le canapé !).

Non... Le voilà qui chiale, à présent. Non, non, c'était bien lui. Les types sur qui il est tombé ont été catégoriques : c'était pas un imitateur. Aucun imitateur ne peut coller aussi parfaitement au rôle. Et c'était pas l'un de ses acolytes portant son costume.

Mes lèvres se plissent d'indécision. L'histoire qu'il me raconte est invraisemblable, mais pourtant, il a l'air de dire l'entière vérité. En dodelinant du crâne, mon jugement reste un long moment en balance... Jusqu'à ce que j'abaisse mon revolver.

On va laisser le bénéfice du doute à cette histoire de résurrection.

Ok, mon gars, j'te crois.

Soulagement immédiat, de la part de l'homme de main. Lâchant un long soupir, je vois ses épaules qui s'abaissent, et ses traits qui se détendent.

Mais tu m'as quand même interrompu en pleine partie de jambes en l'air avec Harley. Ajoutais-je, en lui collant une balle à bout portant dans le poumon droit.

La détonation claque dans la pièce, un petit nuage de poudre nous englobe tous les deux, et, un instant plus tard, un anonyme (mais utile) messager déguisé en clown s'effondre au sol en crachant du sang. J'ajoute un petit coup de pied au bonhomme, pour vérifier qu'il est mort, et pas juste agonisant (les types qui agonisent font des bruits très sales), puis je retourne en sautillant vers Harley, en déposant mon arme à feu quelque-part (je me contrefiche un peu du "où", en fait, dès que mon entrejambe se remet à s'exciter).


Alors alors alors... Où en étions-nous, déjà ? Demandais-je, retournant dans la chaude étreinte d'Harley avec délectation, mon corps se gonflant à nouveau d'amour pour cette beauté superbe.

Ca y est... Fis-je, en suivant méticuleusement le contour d'un de ses sein avec un index cajoleur Je me souviens. Regonflé à bloc en un instant par la seule vue de cette panthère à la croupe étourdissante, je me mis en devoir pour la ramener elle aussi au niveau d'excitation qui était le mien. Mes lèvres devinrent comme démultipliées, frappant partout à la fois de délicats baisers le corps svelte et musclée de ma psychiatre adorée, agrippant ses fesses, ses cuisses, son dos, sa tête pour que nos peaux s'accolent et se caressent mutuellement en frottant répétitivement dans une collection de mouvements saccadés. Bien vite, mon esprit se vide, et il n'y reste plus qu'Harley.
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins

MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Ven 28 Fév - 13:48

Harley et Joker avait passé un bon moment et une belle soiré suite au retour du Joker après qui ce soit évader avec l'aide de Harley il commençait a ce faire tard Harley était  alla ce préparer a aller dormir mais avant de aller ce préparer maintenant qui n'était plus  lieux de habiter au Corps de Harley!!!

Harley reposa sa question au Joker pour qui puisse y réfléchir.

- Joker mon amour aimerait tu habiter chez moi avec moi pour commencer quelque part avant que nous soyons unis a jamais un de ces jour dans un futur ?




Harley laissa maintenant mijoter sa dans la tête du Joker le laissa y réfléchir elle alla ce préparer a dormir avant de lui dire Bonne nuit.


dix minute passait Harley était prête a aller au lit alors elle sorta de la salle de bain et retourna au salon voir le Joker pour lui dire moi je vais dormir bonne nuit et elle déposa un baiser sur sa bouche avant de aller dormir puis elle s'éloigna tranquillement vers la chambre ...

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Harley Quinn [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Ven 28 Fév - 16:57

Mon évasion aura certainement mis les autorités sur le pied de guerre... Je vois d'ici toutes les petites voitures de patrouilles s’amonceler pour faire barrage à mes projets. Les renforts foncer vers les lieux que je suis le plus susceptible de vouloir détruire, ou attaquer. Prévisible. On ne fait jamais rire, quand une blague est prévisible. Il faut surprendre, estomaquer ! Souffler, même !

Passer du temps auprès de Harley m'aura permis de m'éclaircir les idées, dissipant les brumes du manque par une succession de câlins extatiques.

Soulagé, le corps plus léger, et encore sur mon petit nuage de tendresse, je laisse ma douce s'éloigner. Mais voilà qu'elle m'assène à nouveau cette histoire d'habiter chez elle.


Elle y tient vraiment, ma parole ! Remarquais-je en ne réagissant pas tout de suite.

Prenant mon silence comme la demande silencieuse d'un délai de réflexion (alors que la réponse est toute trouvée : non), Harley me quitte au profit de la salle de bain. Seul, j'abandonne mon sourire d'amoureux transi, recouvrant l'expression noire et concentrée qui est la mienne lorsque je cogite à pleines turbines. Frottant mes mains l'une contre l'autre, j’échafaude.


Les policiers, on n'en parle plus. Leur commissaire sera aux fraises, et le reste des troupe bavera devant la fleur humaine en oubliant qu'ils sont supposés veiller sur la ville. Mais il reste tout de même ces satanés justiciers en collants qui pourraient venir jouer les troubles-fêtes. Ceux-là aussi, il va falloir les dégager. Évidemment, je pourrais dénoncer Ivy, pour que les héros, inquiets pour la police, ne foncent intercepter l'Empoisonneuse, mais quelque-chose me dit que Pamy n'apprécierait pas trop cette farce... Et puis, bêtes comme ils sont, les justiciers pourraient se surestimer et se séparer en deux groupes, pour couvrir toutes les crises. Non non non, il me faut d'autres idées... Il y aura déjà les bombes, les fausses bombes, mais on va avoir besoin d'otages. D'otages à retardement, si possible. De quoi distraire et éparpiller les gentils aux quatre coins de Gotham, pendant que la vraie menace opèrera, sans que personne ne s'y intéresse.

Mon plan commence à devenir complexe, si complexe que je sens qu'aucun de mes abrutis d'homme de main ne saura le comprendre. Harley et moi allons devoir fragmenter les explications entre plusieurs groupes ; chacun n'aura à retenir qu'une partie du plan (celle qui le concernera) et on évitera ainsi les catastrophes !

J'ai sans doute l'air d'un fou en ricanant tout seul, dans mon coin, les mains devant ma bouche défigurée, mais je ne peux m'en empêcher. La perspective de tuer des centaines de gens, de détruire et de semer la mort, ça m'a toujours chatouillé les côtes (c'est sans doute pour ça qu'on me qualifie arbitrairement de sociopathe). Malheureusement, mon euphorie disparaît aussitôt que je repense à la nouvelle apportée par monsieur je-fais-pipi-dans-mon-pantalon.


Batman est mort... Soit quelqu'un a foiré, et espère qu'en racontant la plus improbable des histoires, il couvrira ses échecs, soit un ou une imbécile pense se montrer très intelligent en reprenant à son compte l'image du chevalier noir. Dans les deux cas, on essaie de nous faire avaler des couleuvres !

Heureusement, je connais un super moyen de démystifier les imposteurs : les confronter... À moi !

Pas besoin de finesse ou de subtilité... Faut juste que je perpétue quelques crimes bien graves, pour que la police pointe vers le ciel son signal universel d'appel à l'aide.

Un véhicules, quelques hommes de main pas trop demeurés, des armes à feu, et on était parti ! Simple comme bonsoir, j'allais passer un bref mais retentissant messages à la population hébétée de Gotham. Un avant-goût des tourments qui les attentaient ! Et je vous parierais que les journaux décriraient déjà cet avant-goût de terreur comme "un abjecte massacre" ou quelque-chose dans ce style.

Les médias... Jamais à court de formules racoleuses pour décrire le simple meurtre d'une petite dizaines de gens sans intérêts.

Sur ces entre-faits, Harley passa me coller un baiser sur les lèvres, puis s'éloigna doucement, me laissant tout le temps du monde de répondre à la question qu'elle m'avait posée précédemment. Chose que je m'interdisais de faire, puisque mon refus fendrait le cœur de ma tendre chérie.
Cela me déchirait intérieurement, mais je ne pouvais pas habiter chez elle en permanence. Et pour une raison simple : ma présence chez elle n'était que temporaire, le temps que mes larbins aménagent ma nouvelle planque. Une fois celle-ci terminée, j'y vivrai en continu, très probablement avec Harley en permanence à mes côtés. Pourquoi diable m'installerais-je chez elle, alors que nous passerons le plus clair de notre temps à MA planque ? Et le reste de sa question me trottait encore en tête.


"... Avant que nous soyons unis à jamais un de ces jours dans un futur" ??? Mais Harley et moi sommes DÉJÀ unis ! Je la considère comme mon épouse, c'est la seule femme que j'aime, et elle en pense autant pour moi. L'un comme l'autre, nous sommes DÉJÀ mariés. Follement mariés, d'ailleurs. Qu'y-a-t-il de plus à faire ? Elle voudrait qu'on prononce nos vœux ? Parce que là, en ce moment, mon amour infini pour elle n'est pas assez officiel ?

Même si je savais très bien qu'elle n'avait pas pensé à mal en me proposant de vivre ici pour de bon et de nous unir à jamais un jour futur, il n'en ressortait pas moins que l'incohérence me blessait. L'unique autre interprétation de ses propos aurait été de dire que, pour Harley, nous n'étions pas déjà un couple, et que nous ne partagions pas déjà tout, que ce soit le logis ou les sentiments. Une pensée encore plus blessante, et donc inconcevable, mise dans la bouche de ma Harley.

Bon, comme elle venait de me souhaiter bonne nuit (ce qui donc, et on admirera au passage la logique brillante de mon esprit, signifiait qu'elle prévoyait d'aller se coucher), je mis sur le compte d'une extrême fatigue la maladresse de ses propos précédents. Oui, parce que moi, je comptais faire tout, sauf dormir, cette nuit. Je suis le Joker, le Clown prince du Crime, et les criminels, ça sort la nuit, quand le Soleil n'est plus là pour apporter sa rassurante lumière, et que toutes les ombres semblent prendre une forme inquiétante. Harley m'ayant fait évadé, je la dispensais tacitement de m'accompagner (elle se rattraperait bien plus tard) et sortit du salon, plus gaillard que jamais. J'allais tuer des gens, ha ha ha ! Le pied que ça allait être !


♪ Pirouet-teuh, mitraillet-teuh ♫
♪ un'avion en'explosion... ♫
Chantonnais-je d'un air guilleret, souriant à belles dents en renfilant un costume propre et en chargeant mon pistolet de jolies balles toutes brillantes.

Tel un personnage de dessins animés des années 50, je rejoignis l'entrée de la maison d'Harley, où trois de nos hommes de mains, cigarette en bouche, échangeaient des platitudes (tellement plates que je n'en écoutais pas une seule bribe). En m'apercevant, ils s'empressèrent de jeter leur mégot au loin (dans le voisin d'un imbécile quelconque) et s'empressèrent d'empoigner leurs armes, pour se donner l'air sérieux que je n'attendais pas d'eux.


Vous faites bien de vous débarrasser de ces choses-là : elles sont très mauvaises pour la santé. Approuvais-je en continuant sur ma lancée, pour m'arrêter devant le camion violet qui avait servi mon évasion.

Blindé, sans aucun doute, il contenait assez de places pour qu'on y rigole à quatre, et avait même été pourvu de recharges (Harley pensait décidément à tout !). En m'humidifiant les lèvres, je fis signe aux trois gorilles de m'emboîter le pas. Plantés comme des piquets à l'entrée de la maison d'Harley, ils ne firent pas un mouvement. Agaçant, n'est-ce pas ? Et dites-vous qu'avec ces primates à deux neurones, c'était tout le temps comme ça... Vous vous demandez encore pourquoi j'ai viré fou ?


En voiture, simone ! C'est toi qui conduis, c'est moi qui cartonne ! Claironnais-je en frappant du plat de la main le toit du véhicule à quatre roues (il paraît que le bruit fait réagir les animaux un peu débiles).

Las ! Mes subalternes froncent péniblement les sourcils (l'effort mental intense de réfléchir, sans doute) et l'un deux me marmonne sa pensée du moment.


Mais... On attend pas mademoiselle Harley ?

"Mademoiselle Harley" a eu son compte pour aujourd'hui. Et quand je vois quelle épreuve c'est de vous faire comprendre une consigne extrêmement simple, je comprends qu'elle puisse être fatiguée de sa journée. Avoir réussi à coordonner une bande d'incapables dans votre genre pour mener à bien mon évasion, ça a dû la vider de son énergie. D'ailleurs, demain, vous vous excuserez auprès d'elle d'être aussi fatigants. Mais pour l'heure... Avanti !

Mon dieu... Faîtes qu'ils parlent italien.

Avec la fulgurance d'une limace droguée aux anti-dépresseurs, mes hommes de main finissent par entrer avec moi dans la Jokermobile. Le porte-parole du groupe ose alors poser à voix haute la question que tout le monde doit se poser à voix basse :


C'est quoi, le plan, patron ?

On fonce dans les quartiers bourgeois de Gotham, là où les gens friqués traînent le soir et dînent en échangeant des blagues nazes, et on dégomme des passants au hasard ! On fait ça un petit quart-d'heure, sans jamais rester au même endroit, le temps que la police puisse recevoir des coups de téléphone paniqués et que les justiciers se sentent concernés. Puis on rentrera à la maison. Ce soir, on rappelle que le Joker est en ville, qu'il peut frapper n'importe quand, n'importe où, et surtout : pour n'importe quelle raison, ha ha ha !

Arrêtant brusquement de rire, je braque mon flingue sur la tête de machin, le porte-parole.

Si t'as pas compris un truc aussi simple, je te bute. Donc... T'as compris ce plan ?

Com... Compris monsieur Joker.


M'appelle pas monsieur, ça me vieillit, et j'ai horreur de vieillir.

Compris, Joker !

EH ! C'est à moi que tu parles, là ? J'suis pas ton pote, moi. J'suis ton boss, ok ? Alors du respect, quand tu me causes, d'accord ?

Com... Compris boss.

Ha ha ha ha ! Nan, j'plaisante. Appelles-moi comme tu veux, ma poule. On est entre nous, ici. Mais... Ne me vieillis pas. Et montres-moi du respect.

Ma main pose le flingue sur la banquette arrière, et je passe lascivement une main dans ma chevelure graisseuse.

Démarres, maintenant. Et roules !
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins

MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Lun 3 Mar - 2:00

Le lendemain matin Harley ce réveilla, mais ne voya pas le Joker et normalement quand le Joker n'est pas la ces qui as un problème contre Harley mais pas vraiment gros et Harley avait vu le regard du Joker il avait pas passer inaperçu hier soir Harley ne voulait pas lui faire de ma; au contraire elle croyais qui serais vraiment content elle c'était tromper mais comment réparer l,erreur en étant pas la.


Harley ce disa qui reviendrait alors elle prépara le repas préféré du Joker et s'habilla jolie comme jamais ce soir sa serait un grand soir et Joker disais que pour lui ils était déjà marié et ce demandait si Harley disait  unis un de ce ces jour parce quelle aimerait qui s'échangent leurs vœux et bien Harley aimait le Joker autant que le Joker l'aimait Harley pensait comme le Joker et comme que le Joker disait qui habiterait un jour a sa planque a leur coté a chaque Jours Harley était prête attendre a ce jours la sauf que pour l'instant Joker resterait a chaque jour auprès de Harley pour pas ce faire voir et Harley garderait sa maison comme entrepôt plus tard!!!

ceci dit voila la robe que Harley portait ce soir tout était arranger elle vait planifier durant l'absence de son Joker!!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


et elle portait ce collier et ces boucle d'oreilles


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Harley avait mis des chandelles des quelle attendait la porte ouvrir elle ce dirigea vers l'entré


et dit au Joker


- Salut mon amour désolé si je t'ai fait de la peine je pense comme toi pour notre amour mais je pensais te faire très plaisir et pour répondre a ta question oui notre amour es sincère oui je pense comme toi et moi aussi je trouve que ces comme si on serait marié alors oui pourquoi échanger nos vœux juste entre nous rien de très grand juste a la maison avec un bon souper au chandelles et soiré  que entre nous deux si tes hommes ne nous laisse pas on n'as que a la mettre dehors cette soirée la quand pense tu ?



suite a sa Harley voya les Hommes de mains du Joker rentré alors Harley leurs as dit

- vous avez besoin de ne plus arriver comme sa  n'importe quand quand le Joker vous le dit et pour mériter mon respect puisque vous êtes sous notre toit alors il faut que vous nous respectiez notre vie, intimiter et les règlent que ont vous donneront et ces le Joker qui les décidera.

Harley revena vers le Joker et lui dit alors suis moi mon amour le souper es prêt...

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Harley Quinn [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» THE DARK KNIGHT - JOKER BANK ROBBER (MMS79)
» Roller Eyes du JOKER DX.
» Joker: Nouvelle version
» THE DARK KNIGHT - BATMAN & THE JOKER
» La lecture, seulement un moyen d'évasion ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
batman  :: Asile d'Arkham :: Les cellules-
Partagez | .
liweb.com/fa/empty.gif" alt="" style="width:150px;height:1px" />liweb.com/fa/empty.gif" alt="" style="width:150px;height:1px" />liweb.com/fa/empty.gif" alt="" style="width:150px;height:1px" />liweb.com/fa/empty.gif" alt="" style="width:150px;height:1px" />liweb.com/fa/empty.gif" alt="" style="width:150px;height:1px" />liweb.com/fa/empty.gif" alt="" style="width:150px;height:1px" />liweb.com/fa/empty.gif" alt="" style="width:150px;height:1px" />liweb.com/fa/empty.gif" alt="" style="width:150px;height:1px" />liweb.com/fa/empty.gif" alt="" style="width:150px;height:1px" />liweb.com/fa/empty.gif" alt="" style="width:150px;height:1px" />liweb.com/fa/empty.gif" alt="" style="width:150px;height:1px" />liweb.com/fa/empty.gif" alt="" style="width:150px;height:1px" />liweb.com/fa/empty.gif" alt="" style="width:150px;height:1px" />liweb.com/fa/empty.gif" alt="" style="width:150px;height:1px" />liweb.com/fa/empty.gif" alt="" style="width:150px;height:1px" />
 

 L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Invité
Invité
MessageSujet: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Mar 28 Jan - 15:39

L'asile d'Arkham. L'un des lieux les plus connus de la ville de Gotham, après le pénitencier de Blackgate et le manoir Wayne. Un ensemble de cellules capitonnées, aux portes verrouillées, recelant de dangereux psychopathes, des violeurs instables, ou pires : des anthropophages pathologiques. La lie de la société, les égouts de l'humanité, gisaient dans ce complexe psychiatrique. Or, la cellule qui était la plus surveillée, la mieux gardée ; la cellule dont personne ne voulait s'approcher, n'était ni celle de Zsasz l'insatiable tueur en série, ni celle de Jane Doe, la criminelle voleuse d'identité, ni celle de jervis Techt, le détestable pédophile hypnotisant les jeunes filles ; non, cette cellule était celle d'un clown.

Ça pourrait faire une blague, tellement c'est risible d'incohérence !  M'écriais-je, en pressant ma petite tête maquillée (oui oui, les gentils médecins me laissent me maquiller. Car ce sont des amours de compréhension) contre le ventail de ma porte.

Et comme à chaque fois que je prends la parole dans cette asile, mon gardien se contente de me frapper d'un bon coup de tonfa sur le museau, en me rabrouant d'un sec « ta gueule ! ». Rooooh... Le grossier personnage.


Aïe ! Mon nez ! Faites-y un peu attention. Je n'en ai qu'un, et j'y tiens. On me l'a donné à ma naissance...

Second coup de tonfa sur la tronche, pour me dissuader de continuer à grincer mes commentaires venteux. Je n'ai pas mal (à force d'en prendre, des coups, les nerfs s'insensibilisent), mais bon, pour faire plaisir à ce pauvre gardien qui doit s'ennuyer ferme devant ma porte, je recule en titubant.

Ouille ouille ouille... Arrêtez de me frapper !

L'autre ricane. L'imbécile... Il croit sans doute que je suis brisé, maté. Que tant qu'il surveillera la porte, Gotham dormira en paix. Il se trompe. Il se fourvoie. Il a tout faux. Bref, il se plante, et dans les grandes largeurs ! Parce que je ne suis jamais brisé. Jamais maté. Ça non...

Oh que non...  Repris-je à vous haute, ce qui a le don d'agacer mon surveillant du jour.

LA FER-ME !   Jappe-t-il en donnant un bon coup dans ma porte, pour faire tonner le métal tel une membrane de tambour.

On regrette de m'avoir enlevé mon bâillon, maintenant, hein ?  Ricanais-je en mettant mes mains devant la bouche pour glousser comme une collégienne.

Il faut dire que la dernière fois qu'on m'a bâillonné, j'avais utilisé le bâillon pour étrangler mon gardien, et m'évader. Alors dans un sens, c'est logique qu'ils aient abandonné l'idée de me réduire au silence. Pareil pour mon costume et mon maquillage : on me le laisse, parce que sinon, je deviens... Comment dire ? Irritable ? Rebelle ? Je leur pourris la vie, quoi ! Et je m'y connais, en pourrissage de vie, ha ha ha ! Les gens ont tous un truc qui les agace, et moi, je repère ce truc en un clin d’œil, généralement. C'est peut-être un don... Je ne sais pas. En revanche, je sais que les gens ne cherchent jamais à me mettre de mauvais poil.


Hey, mon gars ! Comment tu t'appelles ?  Lançais-je à Pierce (oui, parce que je connais son nom, en fait. Je fais semblant de ne pas savoir. C'est comme un jeu, entre nous).

Bon, Pierce ne répond pas (il boude, sans doute. C'est peut-être une mauvaise journée pour lui). Mais je ne me démonte pas pour autant. Sans coller ma figure à l'ouverture de la porte (il n'aimerait pas ça), je lui demande donc, d'homme à homme :


Entre nous... C'est qui, pour toi, la criminelle la plus canon, à Gotham ?

Je peux presque l'entendre sourire, le bougre ! C'est bien le genre de question à laquelle n'importe quel homme répondra toujours, même si elle a été posée par un tordu comme moi. Sa réponse est quasiment immédiate (un peu banale, mais immédiate malgré tout).

Poison Ivy, sans hésiter ! J'ai toujours eu un faible pour les rousses en tenue moulante verte, et en plus Ivy, elle est du genre... Beauté fatale qui t'ensorcèle, tu vois ? Y'a rien de plus sexy qu'une femme qui peut te tuer d'un simple baiser. Si jamais un jour elle me tombe dessus, je s'rai bien capable de la laisser m'embrasser, juste pour le plaisir de sentir ses lèvres sur ma bouche. Et tant pis si je crève après : j'aurais vécu le meilleur jour de ma vie.

Ah, certes, le charme ensorcelant d'une belle plante, ça ne laisse personne indifférent... Mais dans le genre "beauté fatale", j'en connais une qui surpasse largement miss GreenPeace. Soupirais-je, en imaginant rêveusement ma jolie Harley se déhancher devant moi, dans son magnifique ensemble rouge et noir. L'ami Pierce grogne (ma réponse doit le lasser).

Ça va, on l'sait tous que tu en rêves, de ta groupie blondasse ! Mais c'est pas vraiment ce que j'appellerai une beauté fatale...

Ah non ?

En plein dans le panneau, andouille !

Je reviens coller par provocation mon visage à la porte, juste pour pousser à bout mon gardien. Et d'un timbre tout doux, presque un murmure, je lui demande :

Dis-moi, mon p'tit pote Pierce... As-tu déjà eu le crâne frappé par une masse de plusieurs dizaines de kilos ?

Parce que c'est ce qui t'attend tout de suite, ha ha ha !


Dernière édition par Joker le Ven 31 Jan - 15:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins
avatar

Harley Quinn
MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Mer 29 Jan - 13:55

Harley arriva marteau près a sortir pour Pierce. sauf que Harley lui donna un petit coup pour simplement l'endormir ensuite elle débarra la cellules pour le Joker et alla distraire les policier pour laisser le temps au Joker de partir sans laisser de trace puisque cela était pas trop dur pour Harley et les policiers car Harley avait été le psychiatre du Joker.

Harley attendait encore un peu et s'en allait rejoindre le Joker dehors a la voiture et partait ensemble pour ce rendre a la maison de Harley.

Harley était si contente de retrouver son Joker quelle était toute énerver et alla lui sauter dans les bras rendu a la maison elle avait hésiter a préparer une surprise pour son retour puisque Joker n'aimait pas trop les surprise alors la surprise allait juste être Harley qui l’accueillait a sa maison et elle avait décider de rien préparer mais de profiter de son retour.

- alors que fait t-on pour ton retour tu m'as t'as manquer mon Joker et je t'aime je suis heureuse que tu sois la !!!

Harley alla ce prendre un verre d'eau et s’asseoir sur le divan  quelque instant en écoutant la télévision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Mer 5 Fév - 20:55

Et VLAN ! Un bon coup de massue atterrit sur le coin du crâne de mon bon taulier, qui s'effondra à terre comme un pantin désarticulé. Je ricane dans mon coin, le temps que ma princesse charmante me délivre de ma cellule, aussi superbe qu'au premier jour.

On devrait vraiment insister pour que les gardes portent des casques, dans cet endroit...

La porte ouverte déclencha immédiatement une alarme, dans le poste des gardes. Pas de problème : ma chère partenaire fondait déjà voir ces messieurs pour les tenir en haleine, tandis que, jaillissant comme un diable hors de sa boîte, je venais tapoter gentiment la joue du petit pote Pierce.

Faudra écouter davantage, la prochaine fois, hein ?

Et le voilà qui grogne ! Harley n'avait pas frappé assez fort...

Tant pis. Du moment que je m'évade, un mort de mois ou de plus ne changera pas grand-chose...

Fonçant récupérer mes petites affaires (des choses pointues et tranchantes), je me dépêchais de quitter les lieux à la hâte, sautant dans la voiture (violette, bien sûr ! Que serait une Jokermobile sans sa carrosserie violette ?) qui attendait pour moi à l'extérieur de l'asile. Sur mes talons survint la psychiatre la plus adorable de Gotham, la seule femme qui sache organiser mon évasion avec autant de panache.

N'est-elle pas merveilleuse ? Demandais-je à la cantonade. Les réponses (positives) fusèrent, naturellement.

Qui irait nier ce point ? Surtout avec moi ! Mon regard s'éternisa sur la silhouette féminine qui nous rejoignait, avant que notre voiture ne démarre en trombe, direction... Peu importe où !


Ma Harley ! Ma belle, fidèle, étincelle Harley ! Mes mains enveloppèrent dans une tendre étreinte ma douce blonde, l'installant tout contre moi tandis que je roucoulais : Tu as bien fait de me faire sortir, ma puce. Gotham se mourrait d'un ennui mortel, et il va falloir que nous changions ça au plus vite. Je vais avoir besoin de réfléchir, donc dès que nous sortirons de la voiture... Il faudra me laisser tranquille. Mais en attendant...

L'inconfort désagréable d'une banquette arrière lors d'un trajet à tombeau ouvert me parut infiniment préférable à tous ces passages sous la douche, à l'asile. J'étais libre, j'étais entouré de ma petite famille, et j'allais bientôt redonner des cauchemars à tous ces bons gothamites trop pressés de tirer un trait sur le Joker. Aucun aphrodisiaque au monde n'aurait pu autant me survolter que pareilles perspectives d'avenir !

Rendu à destination (chez Harley... Pourquoi pas à notre planque ? Ah oui ! La police l'avait saisie... C'est vrai), notre escouade clownesque débarqua du véhicule en claquant des portières. Les hommes de main, tout peinturlurés et armés de fusils-mitrailleurs, escortèrent leur couple royal jusqu'à l'intérieur si familier de la maison de ma moitié, où elle me pépia, impatiente :


- alors que fait t-on pour ton retour tu m'as t'as manquer mon Joker et je t'aime je suis heureuse que tu sois la !!!

Ha ha ha... Riais-je, comblé de bonheur, en faisant tournoyer dans mes bras la princesse de mes folies. Personne ne me dit des mots d'amour comme toi, mon trésor d'Arlequin ! Tu m'as tellement manquée, toi aussi... J'en tuerais des dizaines de gens, tant cela m'a frustré ! L'éclair de violence qui alluma mon regard s'éteignit l'instant d'après, tandis que je promenais mes mains aventureuses sur la croupe de cette jeune demoiselle aux grands yeux d'azur.

Pour ce qui est de nos plans... Tu sais bien que je n'aime pas en parler trop vite, ha ha ha ! Rapidement, mon visage plonge sur la joue gauche d'Harley, y collant un baiser rapide, léger comme un papillon. Alors laisses un peu papa cogiter dans son coin ! Ordonnais-je d'un ton autoritaire, en lui claquant doucement la fesse.

Comme une bonne petite assistante, elle décolla en direction du salon, se servant un verre d'eau avant de s'installer devant la télévision.


C'est calme... TROP calme.

Mon flingue jaillit sans même avoir à y penser, droit sur le recoin un peu trop sombre de la pièce, là où devait se planquer ce petit fouineur de Batounet. Mon canon tremblotte un peu (fichue main !) et je finis par me rappeler d'un truc : la chauve-souris est morte...

Owwww... Je suis sûr que ça va me miner le moral pendant des semaines, cette histoire de Batman mort...

Ah bah non !

Aussitôt pensée, cette idée s'évanouit de ma petite tête de psychopathe, et je pars gambader dans la maison d'Harley, saluant les portes, les fenêtres, la Liberté, les hyè...


Daaaaaa da da da... Mes bafouillis accompagnèrent mon recul, lorsque je me mis hors de porté des mâchoires des bestioles de ma belle blonde. D'accord, les hyènes d'Harley ne voulaient toujours pas que je les asticote. Pas grave, j'irai bientôt embêter des gens beaucoup plus marrant.

Haaaaaaaaarley ? Appelais-je, en sautillant légèrement vers le divan où elle se trouvait, mes cheveux flottant dans les airs.

Dis-moi donc, ma puce... Tu es toujours amie avec cette rouquine de Pamela ?

J'enverrai des fleurs (et une bombe) à Pierce, pour m'avoir soufflé cette idée-là.

Un bon gros large sourire du Joker s'étala sur mon visage, lorsque je repris :

Parce que pour mon retour, j'ai envie de faire quelque-chose d'un peu spécial. Un numéro inédit du Joker, qui amusera toute les galerie, petits et grands. Mais pour y arriver, il me faudrait une diversion. Et je crois qu'Ivy est très douée pour réaliser ce genre de chose... Tu crois que tu pourrais la convaincre de nous donner un petit coup de main, ma jolie puce à couettes ? Fis-je en me glissant sur le divan, juste à côté de mon infirmière préférée, en lui parlant le plus gentiment du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins
avatar

Harley Quinn
MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Jeu 6 Fév - 2:16

Harley et Joker était de retour a la maison avec les hommes-clowns du Joker  Harley lui avait demander ce qui voulait faire pour l'instant ils avait prit le temps de réfléchir a ces plans  Harley était sur le divan et vue le Joker arrivé a ces coté en ce glissant son tendre Joker chéri par quelque fois cinglé mais ceci ne lui dérangeait pas parce que était tomber éperdument amoureuse de lui  c'était son Joker chéri pour la vie du mois elle le pensait avoir trouver sa perle rare.

elle en profitait pour ce coller contre Joker et aller dans ces bras elle c'était s'y ennuyer de lui quel y resterait pour la soiré elle était bien et en sécurité toute fois en étant dans ces bras Joker lui demandais lui avait demander un tout petit peu plus tôt si elle était amie encore avec Ivy ceci avait changer et c'était loin de changer

- oui mon amour je suis toujours amie avec Ivy


alors le Joker lui demanda  si Harley pouvais demander a Ivy de la convaincre de aider a  son prochain projet divertir les gens puisque cette chère Ivy était plutôt très charmeuse et la plus belle des fille pour tous les gens aport du Joker les gens la prenait pour la plus belle rouquine du monde de Gotham.

- oui mon beau Joker chéri je pourrais lui demander pour quand voudrais tu savoir sa ?

puisque le Joker était la Harley en profita pour lui donner un baiser et rester contre son Joker quelque instant.

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Harley Quinn [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Ven 7 Fév - 7:13

Donc donc donc... Poil de carotte s'en va occuper les flics, pendant qu'on prépare le feu d'artifice... Ivy finira par se faire arrêter, ou échappera aux poulets ; l'un ou l'autre, on s'en fout. Ce qui compte, c'est ce qui se passera le lendemain...LA date que Gotham doit apprendre à craindre, LA DATE que je vais faire rentrer dans le calendrier gothamite par le feu et par les morts !

C'est toujours aussi génialement fantastique d'être moi. On a des amis fidèles, une petite amie canon, des jouets par milliers, et toutes les occasions du monde de se fendre la poire. Harley dans mes bras, je me laisse aller dans le canapé (mais pas trop, quand même), savourant le confort douillet de mon petit chez moi en jouant d'une main affectueuse avec les cheveux de ma princesse du Crime. Sa voix délicieuse me confirma qu'elle et Pamela se fréquentaient toujours (un bon point pour mon plan !) et ma petite chérie d'Harlequin anticipa même sur ma question suivante, en me demandant à quelle date je comptais solliciter les prestations de la sinueuse rouquine.

Aaaaah, de l'intelligence. Douce musique à mes oreilles... Comme j'aime voir que je ne suis pas entouré d'imbéciles.

En soupirant mentalement d'aise, mes lèvres laissèrent les siennes se rencontrer, tandis que la petite gourmande me montrait combien je lui avais manqué. Étant un homme très doué pour prioriser les choses, je mis donc sur « pause » l'exposition de mon ingénieux plan pour rendre la pareille à Harley. Mes mains gantées vinrent former une coupe saisissait son délicat visage, et à mon tour, je lui offris un baiser. Car croyez-le ou non, à Arkham, j'avais rarement eu l'occasion d'embrasser des gens (il y avait bien la fois où ce gardien bien bâti m'avait fait d'insistantes avances, mais ça ne compte pas... J'avais déjà une blonde, après tout !), c'est donc avec d'autant plus de satisfaction que je me laissais aller à ce petit moment d'intimité... Jusqu'à ce que mon infatigable cerveau ne vienne me souffler une nouvelle suggestion monstrueusement amusante.

Ahah ! J'ai trouvé ce qui manquait à mon idée originale !

Fin des bisous.

En rompant immédiatement mon embrassade avec la plus sexy des psychiatres, je me remis sur mes pieds, tout excité (follement excité, devrais-je dire). Les yeux étincelants, mains jointes l'une dans l'autre, je me mis à réfléchir à voix haute (il me semble... Je ne peux jamais en être sûr... J'ai toujours l'impression que les gens entendent ce que je pense).


La banque de Gotham... Ou la Tour Wayne... Ou le truc moche de Shreck... Ou la tour du GCN... Bimbadaboum ! Donc il nous faudra plus de gens... Des cris, des cris, des cris ! Et la date de ce supplément devra être choisie en conséquence, pour sublimer un peu l'anniversaire qu'on célébrera... Moui oui oui... Ce sera sensationnel, fantastique ! Mon chef-d'œuvre de crime !

D'une œillade glissée, mon attention retourna droit vers Harley, ses yeux bleus, son sourire, ses hanches, ses lèvres, et son intelligence.

Tout cela va demander beaucoup de temps, ma belle... De la minutie, de l'organisation, de la précision... Dis à ta grande amie de se préparer à agir pour la date où Batman a sauvé Gotham d'une bombe nucléaire.

Je me jette sur Harley, tout à coup, appuyant mes mais de part et d'autre de ses épaules, la surplombant elle, assise sur le canapé, en la dévorant des yeux. Nos bouches sont à quelques millimètres, je peux sentir son parfum me remplir les poumons, et sa proximité de me rend dingue. Après une profonde inspiration pour me gorger de son odeur, je murmure à ma douce :

Cette ville a toujours vu Batman comme son protecteur, mais maintenant, il est mort. Notre pire ennemi est mort, ma beauté. Et toi et moi, on va se charger de le rappeler à la population de cette ville, en mettant du sel sur leurs plaies. Quand ça fera un an, jour pour jour, que le chevalier noir aura donné sa vie pour sauver Gotham, nous ferons exploser le palais de justice. On va célébrer l'anniversaire de la mort de Batman, les un an de son décès, en rayant de la carte l'édifice qui représente la Justice, cette belle et grande Justice en-laquelle il a fait croire les citoyens de cette ville.

Ahahahahahah... Mon idée sonne encore meilleure quand je l'explique à voix haute !!! C'est tellement fou, tellement sinistre, tellement cocasse, tellement... Moi ! Ha ha ha !

Tout à ma liesse, je me laisse un peu aller à embrasser Harley, déposant des baisers furtifs, légers, dans son mignon petit cou, tout en lui caressant tendrement l'épaule. Ce que je l'aime, ma psychiatre adorée ! J'en crèverai, si les circonstances nous séparaient ! Quoique... J'avais déjà pensé ça pour Batman, et au final... Mais bon ! Batman n'avait pas le dixième du sex-appeal d'Harley, il faut bien le dire.

Ooooh toi... Si je m'écoutais, je t'offrirai la Lune ! Avouais-je en souriant amoureusement à mon idéal de grâce féminin, juste avant que mon cerveau ne s'emballe à nouveau, et que l'envie d'exposer les détails de mon génialissime plan ne me reprenne.

Mais avant de t'offrir la Lune, je t'offrirai... Gotham ! Le jour où le Palais de justice sautera, nous répandrons le chaos dans cette ville amorphe et endormie. La tour Wayne tombera en miettes, et ce sera pareil pour Shreck. Les riches et les puissants tomberont en lambeaux, l'ordre éclatera en miettes... Et la banque de Gotham sera vidée de tout son argent. Dis-moi Harley, tant que l'on parle de tes amies... Tu as gardé contact avec Catwoman ? Elle aussi, elle pourrait nous être utile. Une criminelle de plus, ça ne serait pas du luxe. Surtout qu'une voleuse, c'est exactement ce qui manque à mon plan foldingo pour devenir l'événement du siècle !
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins
avatar

Harley Quinn
MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Mar 11 Fév - 1:39

Harley était passer de assis a coucher sur  le divan parce que le Joker son grand amour l'avais étendu sur le divan en lui donnant pleins de baiser quelque instant plus tôt mais il venait de penser si sa douce Harley était toujours amie aussi avec CatWoman et il lui demandait.


- mon Joker chéri je doit te dire que on c'est retrouver  sa fait quelque temps moi et CatWoman parce que on c'était perdu de vue alors tu es chanceux je vais pouvoir la contacter et lui demander.



pendant que le joker était prêt de Harley Harley appela Ivy et CatWoman pour leur demander si ils voulait  aider le Joker a son plans  Joker avait demander a Harley de essayer de les convaincre et Harley avait pu leur parler Ivy accepta mais CatWoman avait refuser parce que elle peut pas  elle a autre chose de plus important à faire.


ensuite Harley raccrocha son téléphone et dit

- mon Chéri Ivy accepte mais CatWoman peut pas elle as  autre chose de plus important a faire et maintenant est- ce que tu es prêt a te précipiter et t'engager juste pour moi du temps pour ta douce et tendre amour a  faire ce que tu m'as dit  m'offrir la lune  parce que moi je suis toute a toi en lui donnant un baiser passionné  et en lui caressant la joue avec un air coquine !!!

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Harley Quinn [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Jeu 13 Fév - 14:24

Comme toujours, Harley se met en quatre pour me servir. Si vous n'avez jamais été incarcéré dans une cellule pendant des mois après avoir tenté de détruire tout une ville, vous ignorez à quel point ça peut être réconfortant, de se voir obéi au terme d'une pareille traversée du désert. Si elle n'avait pas eu besoin de sa langue pour discuter avec ses copines, je me serais empressé de venir la lui chercher à coups de baisers langoureux, comme dans les films (les bruits humides en moins. Je trouve ce genre de son répugnant). Et puisqu'il me faut attendre, j'attends impatiemment, comme j'en ai l'habitude.

Batman est hors-jeu, mais d'autres vont essayer de prendre sa place. Et puis, il y a encore les flics. N pourra les distraire, un temps, mais il va falloir faire mieux. Faire plus. Les briser, tout comme il faudra casser toute envie de reprendre le flambeau de Batman. Gotham doit comprendre que le désespoir est la seule émotion à laquelle elle a le droit, pour que moi, l'amuseur public, je sois accueilli en héros ! À moins que je ne me lasse de suivre ce plan, et que je décide d'enfumer toute la ville avec un gaz toxique ? Ou bien je pourrais ruiner le système économique de Gotham en vidant toutes les banques de leurs fonds, pour les mettre à brûler dans de grands feux de joie sur les toits du centre-ville ? Un bon gros sourire de flammes, qui sent le kérosène, l'encre brûlant et le papier carbonisé...

Cette pensée de feu avait de quoi me séduire, mais je pouvais faire mieux... Ma créativité avait été réduite au choix des dessins que je griffonnais sur les murs de ma cellule depuis trop longtemps. Pour marquer mon retour, il allait falloir exploser tous les records, briser les interdits, faire sauter toutes les attentes, et mettre en émois ce ramassis de tristes sires qu'on avait l'indécence d'appeler "habitants". Tuer des gens en pleine rue, c'était pour les tocards et les mecs sans envergure. Moi, je voulais aller plus loin... Tuer énormément de gens en pleine rue, par-exemple ! Ou tuer uniquement les femmes. Ou obliger les maris à tuer leurs conjointes... Ça serait marrant !
Mais refocalisons-nous sur le présent, car voilà qu'Harley m'apporte deux nouvelles. Une bonne, et une mauvaise...


Ah ? Catwoman a mieux à faire que de participer à l'un de mes plans ?

Ma partenaire de crime revient à la charge, mais je suis un peu ailleurs, tandis que sa main (douce, au demeurant) me caresse la joue. Et ses baisers ne font rien pour chasser mon humeur maussade.

Qu'est-ce qui est plus important que de retourner cette ville sans dessus-dessous pour l'anniversaire de la mort de notre chauve-souris nationale ?

Je consulte du regard mon arlequin d'amour, en plissant les lèvres et en fronçant les sourcils, ma langue claquant sèchement dans l'air pour marquer ma désapprobation. Gentiment (enfin... Gentiment de mon point de vue), je repousse Harley pour ruminer un peu cet imprévu. Instinctivement, ma main glisse dans la poche de ma veste où se trouve mon pistolet, que je sors (ça m'aide à réfléchir, de tenir une arme chargée). Songeur, je me mets à me tapoter le crâne avec mon flingue (le contact froid et dangereux du canon métallique aussi, m'aide à réfléchir).

Non, franchement, je ne vois pas...

Ma colère explose. Je hausse le ton, en agitant les mains dans tous les sens, déambulant à droite et à gauche dans la maison de ma compagne.

ALORS VOILÀ ! On passe DES MOIS à réfléchir dans son coin à un plan génial pour détruire Gotham et réduire cette mignonne petite ville en cendres, on invite gentiment quelques personnes à prendre part aux réjouissances, et que se passe-t-il ? Y'EN A QUI REFUSENT ! IL Y A DES GENS QUI PENSENT AVOIR MIEUX À FAIRE QUE DE DÉTRUIRE UNE VILLE ? SÉRIEUSEMENT ? Mais je vous le demande : dans quelle espèce de monde on vit, si les gens ne savent plus où sont leurs priorités ? Quel criminel digne de ce nom répond "J'ai mieux à faire" quand le Prince du Crime en PERSONNE, le Joker, le seul et l'unique, lui propose de participer à un plan jamais vu pour provoquer l'écroulement intégral d'une ville ?

La réponse négative de Catwoman me met de méchante humeur, je ne vous le cacherai pas. Mais ce qui m'énerve le plus, c'est la raison pour laquelle la chatte m'a envoyé sur les roses... Parce qu'Harley n'a pas su la convaincre ! Voilà ce qui arrive, quand on laisse quelqu'un d'autre faire le boulot important : c'est mal fait, bâclé, et tout rate. Et je parle d'expérience : j'ai des dizaines d'hommes de main !
Pas vraiment amicalement, je retourne vers Harley, en la regardant très attentivement dans le blanc des yeux. Bras le long du corps, tête inclinée sur le côté, comme à chaque fois que je suis sur le point de l'engueuler. Même les petits fourmillements d'excitation qui m'envahissent avant chaque dispute sont là, c'est dire si elle va y avoir droit !


Batman... Catwoman... Mieux à faire que de détruire la ville... Décrocher la Lune...

Le tourbillon de mes idées s'arrête finalement sur ces quelques mots qui me reviennent avec une clarté cristalline, tandis que mes jambes s'immobilisent et que je me remets à considérer le refus de l'amie d'Harley, avec un œil nouveau, cette fois-ci.

Attends voir un peu...

Je consulte à nouveau ma chère beauté blonde, en utilisant mon pistolet comme le prolongement de ma main, en roulant des yeux tandis que je farfouille dans ma mémoire mal rangée.

... Catwoman, c'est pas celle avec qui Batman entretenait un genre de relation ? Pas aussi passionnée que nous deux, bien sûr ! Mais je me souviens que les avoir plus ou moins vus fricoter ensembles, à leur manière...

Mon idée devient de plus en plus crédible, à mesure que je retourne vers ma douce infirmière, ma psychiatre dévouée rien qu'à moi.

... C'est ça qu'elle compte faire, pour l'anniversaire de la mort de son amant : honorer la disparition de Batman. Probablement en allant déposer des fleurs sur sa tombe, ou peut-être lui miauler une triste complainte depuis les toits... Bref, on s'en fout, c'est barbant ! Conclus-je en haussant les épaules, avant de venir m'enrouler avidement autour de la plus belle femme de la Terre, rapprochant nos deux visages maquillés à souhait pour que nos souffles se mélangent en une embrassade éthérée.

Je respire son air, et elle respire le mien. Harley a toujours senti très bon, même si le goût de ses lèvres surpasse de très loin son odeur. Mes yeux noirs plongés dans ceux, bleu azur, de cette sublime créature, je me permets de faire glisser tendrement un index sur la surface de sa bouche, comme si je voulais caresser ses lèvres. L'autre main qui m'appartient s'assure qu'elle ne s'éloignera pas de moi, en la maintenant fermement collée à mon bassin.


Brrr.... J'ai le cœur qui bat à cent à l'heure. Ça doit être l'excitation sexuelle... Ou peut-être est-ce ma hâte de tuer d'autres gens ? Ou alors, c'est ma colère, pour avoir loupé l'occasion de tuer Batman ? À moins que ce ne soit ces foutus médicaments, qu'ils n'arrêtaient pas de me donner, à Arkham, et dont mon organisme déplore le manque, à présent ?

Je me souviens d'une fois, où Harley et moi étions à peu près dans la situation actuelle : étroitement serrés l'un contre l'autre, à nous dévorer des yeux, échangeant des baisers comme deux petits fous d'amour que nous étions... Jusqu'à ce que l'un de ces crétins d'hommes de main n'entre, et nous interrompe. Je l'avais tué d'une balle en plein crâne, pour la peine, ha ha ! Et à en juger par le calme olympien dont nous jouissions en ce moment, le message avait été passé au reste de mon gang : quand Papa et Maman fêtent leurs retrouvailles, on n'entre pas dans la pièce, sauf en cas d'extrême urgence.

Harley, il n'existe personne au monde que je veuille moins tuer que toi ! Tu es la femme parfaite, MA femme parfaite ; et s'il suffit d'aller décrocher la Lune pour te convaincre de mon Amour pour toi, alors ce sera chose faite...

Tel un danseur de tango expert, je fais agir mes mains pour que la demoiselle de mes rêves bascule lentement à l'horizontal, tandis que j'accompagne sa descente de mon torse. Le moment idéal pour sceller d'un baiser ma promesse. Mais je précise à la place :

... Lorsque Gotham aura connu son jour le plus noir.

Ce qui n'est pas près d'arriver, je m'en rends bien compte. Il y a tant à préparer, tant à faire, tant à défaire, et la date est déjà si proche... Je tire Harley vers moi pour l'aider à se relever, avant de m'éloigner d'elle. Sa présence me perturbe, m'empêche de penser à autre chose qu'à elle, qu'à ses adorables yeux du bleu cristallin des lagons océaniques, qu'à son sourire d'ange qui vous fait littéralement fondre de l'intérieur, qu'à sa voix douce, stimulante et rafraîchissante en même temps... Là ! Vous voyez bien !

Gordon... Il va falloir mettre Gordon à l'écart. Cette petite fouine de moustachu à lunettes pourrait tout gâcher, à se montrer trop persuasif. Il va nous falloir lui arranger un petit accident, qu'on le remplace par un incompétent notoire.

Harley ?

Hé oui ! De nouveau, j'appelle ma précieuse blonde à la rescousse. Que serait-je sans elle ? Probablement le pire des criminels, à n'en pas douter.

Dis-moi... Toi qui a été psychiatre... Est-ce qu'il y aurait un moyen pour obliger quelqu'un (par-exemple, le commissaire Jim Gordon) à passer une sorte d'évaluation psychologique ?

Le plan me vient à mesure que j'en parle, comme d'habitude. Un peu comme si mon cerveau avait déjà tout imaginé, mais qu'il me laissait découvrir peu à peu les détails de cette nouvelle lumineuse idée.

Je sais que tu ne portes pas le commissaire Gordon dans ton cœur, ma tendre Harley. Et moi non plus, je ne l'aime pas. C'est un policier qui veut à tout prix nous empêcher de nous amuser, et en plus, il est ronchon, et pas marrant. Alors je me disais que peut-être, tu connaîtrais quelqu'un, parmi tes amis psychiatres, qui pourrait s'arranger pour faire passer une évaluation psychologique à Gordon, et se débrouiller pour le faire échouer. Comme ça, tout le monde le croirait fou, et il serait renvoyé de la police !

Le Chapelier Fou était le champion de ce genre de chose, mais je me méfiais un peu de lui. Je préférais confier ce genre de travail à un ami d'Harley. Rendre quelqu'un fou, ou le faire passer pour fou, c'était quelque-chose d'accessible, pour un psychiatre. Sans vraiment m'y connaître personnellement, je sais que certains médicaments peuvent rendre un homme instable s'il sont pris régulièrement ; on peut aussi s'arranger pour manipuler quelqu'un et le pousser à croire qu'il est fou, voire même l'hypnotiser discrètement pour obtenir des résultats efficaces ! J'aurais bien aimé être psychiatre, mais bon... La vie en décida autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins
avatar

Harley Quinn
MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Ven 14 Fév - 3:32

Joker m'avais demander si je connaissais quelqun dans mes amis psychiatre pour faire passer une évaluation psychologique a Gordon Harley réfléchissa...


- tu sais quoi mon amour je viens de penser a quelqun qui serait intéresser a aider a ton plans et faire sa katharina elle es étudiante et je me suis fait appeler pour lui donner des cours lui apprendre le travail que je faisais et maintenant elle es très douer alors elle pourrait le faire et elle serait intéresser ces sur !!!

Harley ce leva pour ce rapprocher de son Joker en espérant qui soit content et qui ne ce réloignerait pas plus maintenant quelle avait réussis a régler le problème.



- Alors tu en pense quoi !!! en restant devant lui et en espérant quelle aurait pas le droit a une engueulade sinon dit moi je t'aiderait comment moi a ton plans Ivy a séduire et s'occuper d'attirer l'attention, katharina a faire des test toi a faire ton plans  alors moi je ferais quoi a quoi puis- je être utile?

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Harley Quinn [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Dim 16 Fév - 16:05

Une étudiante, pour pousser Papy Gordon dans les orties ? Mouais... Pas sûr que ça fonctionne... Enfin, si elle échoue, j'aurais une personne sur qui me défouler.

Gordon est un vieux de la vieille, pas facile à berner. Je le sais pour avoir essayé, une fois ou deux. Et à chaque fois, ça ne passait pas ! Mais c'est peut-être mon allure de fou dangereux qui le rendait méfiant vis-à-vis de mes allégations... Allez savoir.

Ha ha ha ha... Tu sais, ma jolie Harley, c'est dans des moments comme celui-ci, où tu me proposes exactement ce dont j'ai besoin pour finaliser mes plans, que je t'adore le plus !

Ces moments-là, et aussi ceux où tu assommes un type pour que je puisse le torturer à loisir.

Ma petite tête de sinistre clown tourbillonne (la fatigue ? Ou l'ivresse d'une joie infinie ? Ou alors une fuite, dans les conduites de gaz ?), je me sens tout-à-coup très las. Toutes ses réflexions sur la manière dont Gotham tremblera de peur commencent à se faire ressentir sur mon corps, et c'est avec un sourire tendre que je réagis aux interrogations de mon infirmière chérie (jamais à court d'énergie, elle). Sans regarder où il part, je jette mon pistolet (qui, heureusement, tombe au sol sans se déclencher.... Et on dit que ces engins sont dangereux !), pour venir auprès de la plus adorable blonde de la Terre, toute prête à recevoir mes instructions. Sauf que moi, évidemment, je n'ai plus tellement envie de tirer des plans sur le futur. Ce qui m'intéresse davantage, ce serait le présent.

Arlequin de mon cœur, tu m'es déjà très utile par ta présence.

J'ai de nouveau l'envie de l'embrasser à pleine bouche, ma Harley d'amour. Mais je me retiens, comme un enfant au soir de Noël qui irait se coucher pour n'ouvrir ses cadeaux qu'au mâtin. L'attente donne aux choses une saveur tellement délicieuse... Plutôt que de la toucher avec mes lèvres, je déshabille du regard ma psychiatre personnelle, dont chaque centimètre carré de peau m'est familier.

Pour ce qui est de savoir quel rôle tu joueras le jour de l'anniversaire de la mort de Batman... Nous aurons le temps d'en parler...

Je l'entraîne délicatement vers le divan, en l'installant sur mes genoux.

... Plus tard.

Je résiste aussi longtemps que je peux avant de céder. C'est si délicieux, de se laisser aller à embrasser une femme comme ma moitié rouge et noire. Presque agressivement, mes mains font en sorte de placer diverses parties de son corps à portée de ma bouche, que je puisse goûter les mille parfums de la seule femme qui ait su ravir mon âme. Évidemment, les préliminaires me font de l'effet, mais avant d'arracher ses vêtements à ma douce, je préfère lui glisser quelques mots.

J'espère que personne n'a songé à te désobéir, en mon absence, au sein du gang ? Si c'est le cas, je les punirai, ma reine de cœur adorée.

Mes mains n'interrompent plus leurs caresses, redécouvrant les courbes si excitantes de cette infirmière belle à tomber, puis l'aident à s'allonger sur le divan. Moi installé au-dessus d'elle, comme un dôme protecteur, je lui dépose un rapide baiser entre les deux seins, avant de me préparer à l'emmener au septième ciel, juste à côté de la Lune.

Laisse-moi donc te montrer à quel point j'ai envie de me précipiter avec toi.

Un sourire (le sourire du loup devant sa proie) étira ma figure rouge et blanche, dévoilant mes dents jaunes. Je respirais tellement fort, tellement vite que la tête se remit à me tourner. Harley me rendait dingue, à en perdre le sens des priorités, dans son costume.

C'est la partie que je préfère, dans les évasions d'Arkham. Le moment où, tranquilles, elle et moi rattrapons tout ce retard accumulé en nous déchargeant du stress du quotidien dans une embrasse complète.
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins
avatar

Harley Quinn
MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Lun 17 Fév - 0:39

Harley étant dessous son charmant prince quelle aimait de tout coeur ce laissant emporter jusqu’au septième ciel presque a y toucher la lune était dans un désir quelle y rêvait depuis si lontemps elle espérait un si bon moment au retour de son amour qui lui avait temps manquer.

Joker l'embrassait tout partout quel autre moment pouvait être plus fabuleux pour l'instant ce moment était le plus paisible pas de soucis , pas de plans rien que ce moment entre les deux amoureux  leur regard ce croisèrent leur bouche et leur souffle qui ce rencontrait leur peau qui ce touchait tous les deux lier en un dans un beau moment ou le Joker l'avait allonger sur le divan.

Harley avait demander ce quelle pouvait faire pour l'aider et il lui avait répondu que sa présence  s'était si beau d'entendre sa mais Joker savait qui pouvait compter sur sa Harley quoi qui arriverait et Harley savait que son étudiante ferait l'affaire pour le plans du Joker elle apprenait très vite alors il y avait pas de soucis a ce faire sourtout maintenant puisque la maintenant c'était seulement le Joker et Harley  qui contait  leur charmante soiré entre les deux être aimer et leurs âmes et leur corps qui était entrain de ce toucher un pur moment et désir magique qui était loin de ce terminer


- oh si tu savais combien je t'aime mon Joker chéri j'espère que un jour on seras réunis a tout jamais  mais tu dirais quoi de habiter avec moi ?

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Harley Quinn [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Mer 26 Fév - 15:23

Ce qu'il y a de bien, avec les costumes d'Harley (en plus du côté moulant, je veux dire), c'est qu'à force de la voir porter toujours les mêmes, j'avais fini par savoir la déshabiller sans avoir à tâtonner pour trouver telle ou telle attache. Mais mains faisaient le boulot machinalement, entre deux caresses, dégageant ses hanches de son pantalon par-ci, dénudant ses épaules par-là, m'installant entre ses jambes écartées tandis que nos corps commençaient gentiment à fusionner. Je me noyais en Harley, tout comme elle se laissait sans résistance englober par mon étreinte, notre union charnelle rendant la distance entre nous inexistante. Toute émoustillée, ma jolie infirmière à moi me susurra avec sa voix si mélodieuse et flutée :

- oh si tu savais combien je t'aime mon Joker chéri j'espère que un jour on seras réunis a tout jamais mais tu dirais quoi de habiter avec moi ?

Gentiment, je lui mets un index sur les lèvres, comme pour lui dire que ce n'est pas le moment de parler de ça. Tendrement, je lui rappelle :

Moi, là, tout de suite, j'ai surtout envie d'habiter en toi...

Pour rendre la chose bien explicite, mes deux mains empoignent son bas de costume, et le tire vers le bas, dévoilant ses sous-vêtements tandis que je l'imite, un peu après, dans sa tenue dénudée. Des frissons d'excitation m'engourdissent de part en part, et je sens mes pupilles se dilater de désir. Le sang afflux dans mes membres, réchauffant tout mon corps, me hurlant de venir m'insérer dans le sein aimant de ma douce compagne, que j'embrasse goulûment, voracement, comme si cette journée allait être notre dernière, retenant mon envie d'en venir à la partie la plus importante pour que les préliminaires lui profitent à elle autant qu'à moi.

Allez, ma princesse de folie ! Fais-moi grimper au rideau !

Patron !

Ah non !

Il ne pouvait pas plus mal tomber, ce crétin-là ! Voici qu'entre dans la pièce l'un de mes hommes de main, l'air tout paniqué, alors que je m'apprêtais à entrer dans le vif du sujet, avec Harley. Ce pauvre demeuré déguisé en clown comprend vite dans quoi il vient de s'immiscer, d'ailleurs. Il porte son regard entre Harley, à demie nue et prête à m'accueillir, et moi, pantalon baissé, qui le toise avec deux yeux plus noirs que les abîmes de la Mort.

Oh...

En soupirant, je lève théâtralement les yeux au ciel, tout en remettant mon pantalon.

Bouges pas d'ici, pupuce. Je reviens. Juste le temps de tabasser ce merdeux. Et ensuite, on reprendra là où en était, toi et moi... Promis-je en lui décochant une œillade langoureuse, une main sur les hanches.

Empoignant mon flingue, je vise immédiatement la tête de l'imbécile, le doigt sur la détente.


Si tu as une dernière phrase à déclarer avant de mourir, c'est maintenant ou jamais.


Une odeur désagréable monte dans la pièce... Une odeur d'urine.

Ce mec se pisse dessus de trouille... Mais quel déchet !

BATMAN EST EN VIE ! Beugle machin, juste avant que je ne lui troue la tête d'une balle de 38.

Silencieux, je surveille son visage tordu par une grimace de peur. Il est évidemment anxieux, redoutant de mourir s'il fait en serait-ce qu'un petit truc pour m'énerver, mais il n'a pas l'air de mentir, ou d'inventer une histoire pour m'empêcher de lui tirer dessus. N'empêche, j'y crois moyen. En deux pas, je suis sur mon larbin, une main lui serrant le col, l'autre enfonçant le canon de mon arme sur ton front gluant de sueur (ce qui est répugnant. Autant la sueur entre les seins d'Harley, c'est sexy, autant là, je suis à deux doigts de vomir).


Batman est mort, tête de veau. Les gens ne survivent pas à un explosion. Pas même lui. C'était l'un de ses faire-valoir de Robin, ou un imitateur, qui essaie de se faire passer pour lui !

J'insiste, pour l'obliger à me cracher tout ce qu'il sait sans me faire perdre mon temps (c'est qu'il y a ma blonde qui m'attend, sur le canapé !).

Non... Le voilà qui chiale, à présent. Non, non, c'était bien lui. Les types sur qui il est tombé ont été catégoriques : c'était pas un imitateur. Aucun imitateur ne peut coller aussi parfaitement au rôle. Et c'était pas l'un de ses acolytes portant son costume.

Mes lèvres se plissent d'indécision. L'histoire qu'il me raconte est invraisemblable, mais pourtant, il a l'air de dire l'entière vérité. En dodelinant du crâne, mon jugement reste un long moment en balance... Jusqu'à ce que j'abaisse mon revolver.

On va laisser le bénéfice du doute à cette histoire de résurrection.

Ok, mon gars, j'te crois.

Soulagement immédiat, de la part de l'homme de main. Lâchant un long soupir, je vois ses épaules qui s'abaissent, et ses traits qui se détendent.

Mais tu m'as quand même interrompu en pleine partie de jambes en l'air avec Harley. Ajoutais-je, en lui collant une balle à bout portant dans le poumon droit.

La détonation claque dans la pièce, un petit nuage de poudre nous englobe tous les deux, et, un instant plus tard, un anonyme (mais utile) messager déguisé en clown s'effondre au sol en crachant du sang. J'ajoute un petit coup de pied au bonhomme, pour vérifier qu'il est mort, et pas juste agonisant (les types qui agonisent font des bruits très sales), puis je retourne en sautillant vers Harley, en déposant mon arme à feu quelque-part (je me contrefiche un peu du "où", en fait, dès que mon entrejambe se remet à s'exciter).


Alors alors alors... Où en étions-nous, déjà ? Demandais-je, retournant dans la chaude étreinte d'Harley avec délectation, mon corps se gonflant à nouveau d'amour pour cette beauté superbe.

Ca y est... Fis-je, en suivant méticuleusement le contour d'un de ses sein avec un index cajoleur Je me souviens. Regonflé à bloc en un instant par la seule vue de cette panthère à la croupe étourdissante, je me mis en devoir pour la ramener elle aussi au niveau d'excitation qui était le mien. Mes lèvres devinrent comme démultipliées, frappant partout à la fois de délicats baisers le corps svelte et musclée de ma psychiatre adorée, agrippant ses fesses, ses cuisses, son dos, sa tête pour que nos peaux s'accolent et se caressent mutuellement en frottant répétitivement dans une collection de mouvements saccadés. Bien vite, mon esprit se vide, et il n'y reste plus qu'Harley.
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins
avatar

Harley Quinn
MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Ven 28 Fév - 13:48

Harley et Joker avait passé un bon moment et une belle soiré suite au retour du Joker après qui ce soit évader avec l'aide de Harley il commençait a ce faire tard Harley était  alla ce préparer a aller dormir mais avant de aller ce préparer maintenant qui n'était plus  lieux de habiter au Corps de Harley!!!

Harley reposa sa question au Joker pour qui puisse y réfléchir.

- Joker mon amour aimerait tu habiter chez moi avec moi pour commencer quelque part avant que nous soyons unis a jamais un de ces jour dans un futur ?




Harley laissa maintenant mijoter sa dans la tête du Joker le laissa y réfléchir elle alla ce préparer a dormir avant de lui dire Bonne nuit.


dix minute passait Harley était prête a aller au lit alors elle sorta de la salle de bain et retourna au salon voir le Joker pour lui dire moi je vais dormir bonne nuit et elle déposa un baiser sur sa bouche avant de aller dormir puis elle s'éloigna tranquillement vers la chambre ...

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Harley Quinn [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Ven 28 Fév - 16:57

Mon évasion aura certainement mis les autorités sur le pied de guerre... Je vois d'ici toutes les petites voitures de patrouilles s’amonceler pour faire barrage à mes projets. Les renforts foncer vers les lieux que je suis le plus susceptible de vouloir détruire, ou attaquer. Prévisible. On ne fait jamais rire, quand une blague est prévisible. Il faut surprendre, estomaquer ! Souffler, même !

Passer du temps auprès de Harley m'aura permis de m'éclaircir les idées, dissipant les brumes du manque par une succession de câlins extatiques.

Soulagé, le corps plus léger, et encore sur mon petit nuage de tendresse, je laisse ma douce s'éloigner. Mais voilà qu'elle m'assène à nouveau cette histoire d'habiter chez elle.


Elle y tient vraiment, ma parole ! Remarquais-je en ne réagissant pas tout de suite.

Prenant mon silence comme la demande silencieuse d'un délai de réflexion (alors que la réponse est toute trouvée : non), Harley me quitte au profit de la salle de bain. Seul, j'abandonne mon sourire d'amoureux transi, recouvrant l'expression noire et concentrée qui est la mienne lorsque je cogite à pleines turbines. Frottant mes mains l'une contre l'autre, j’échafaude.


Les policiers, on n'en parle plus. Leur commissaire sera aux fraises, et le reste des troupe bavera devant la fleur humaine en oubliant qu'ils sont supposés veiller sur la ville. Mais il reste tout de même ces satanés justiciers en collants qui pourraient venir jouer les troubles-fêtes. Ceux-là aussi, il va falloir les dégager. Évidemment, je pourrais dénoncer Ivy, pour que les héros, inquiets pour la police, ne foncent intercepter l'Empoisonneuse, mais quelque-chose me dit que Pamy n'apprécierait pas trop cette farce... Et puis, bêtes comme ils sont, les justiciers pourraient se surestimer et se séparer en deux groupes, pour couvrir toutes les crises. Non non non, il me faut d'autres idées... Il y aura déjà les bombes, les fausses bombes, mais on va avoir besoin d'otages. D'otages à retardement, si possible. De quoi distraire et éparpiller les gentils aux quatre coins de Gotham, pendant que la vraie menace opèrera, sans que personne ne s'y intéresse.

Mon plan commence à devenir complexe, si complexe que je sens qu'aucun de mes abrutis d'homme de main ne saura le comprendre. Harley et moi allons devoir fragmenter les explications entre plusieurs groupes ; chacun n'aura à retenir qu'une partie du plan (celle qui le concernera) et on évitera ainsi les catastrophes !

J'ai sans doute l'air d'un fou en ricanant tout seul, dans mon coin, les mains devant ma bouche défigurée, mais je ne peux m'en empêcher. La perspective de tuer des centaines de gens, de détruire et de semer la mort, ça m'a toujours chatouillé les côtes (c'est sans doute pour ça qu'on me qualifie arbitrairement de sociopathe). Malheureusement, mon euphorie disparaît aussitôt que je repense à la nouvelle apportée par monsieur je-fais-pipi-dans-mon-pantalon.


Batman est mort... Soit quelqu'un a foiré, et espère qu'en racontant la plus improbable des histoires, il couvrira ses échecs, soit un ou une imbécile pense se montrer très intelligent en reprenant à son compte l'image du chevalier noir. Dans les deux cas, on essaie de nous faire avaler des couleuvres !

Heureusement, je connais un super moyen de démystifier les imposteurs : les confronter... À moi !

Pas besoin de finesse ou de subtilité... Faut juste que je perpétue quelques crimes bien graves, pour que la police pointe vers le ciel son signal universel d'appel à l'aide.

Un véhicules, quelques hommes de main pas trop demeurés, des armes à feu, et on était parti ! Simple comme bonsoir, j'allais passer un bref mais retentissant messages à la population hébétée de Gotham. Un avant-goût des tourments qui les attentaient ! Et je vous parierais que les journaux décriraient déjà cet avant-goût de terreur comme "un abjecte massacre" ou quelque-chose dans ce style.

Les médias... Jamais à court de formules racoleuses pour décrire le simple meurtre d'une petite dizaines de gens sans intérêts.

Sur ces entre-faits, Harley passa me coller un baiser sur les lèvres, puis s'éloigna doucement, me laissant tout le temps du monde de répondre à la question qu'elle m'avait posée précédemment. Chose que je m'interdisais de faire, puisque mon refus fendrait le cœur de ma tendre chérie.
Cela me déchirait intérieurement, mais je ne pouvais pas habiter chez elle en permanence. Et pour une raison simple : ma présence chez elle n'était que temporaire, le temps que mes larbins aménagent ma nouvelle planque. Une fois celle-ci terminée, j'y vivrai en continu, très probablement avec Harley en permanence à mes côtés. Pourquoi diable m'installerais-je chez elle, alors que nous passerons le plus clair de notre temps à MA planque ? Et le reste de sa question me trottait encore en tête.


"... Avant que nous soyons unis à jamais un de ces jours dans un futur" ??? Mais Harley et moi sommes DÉJÀ unis ! Je la considère comme mon épouse, c'est la seule femme que j'aime, et elle en pense autant pour moi. L'un comme l'autre, nous sommes DÉJÀ mariés. Follement mariés, d'ailleurs. Qu'y-a-t-il de plus à faire ? Elle voudrait qu'on prononce nos vœux ? Parce que là, en ce moment, mon amour infini pour elle n'est pas assez officiel ?

Même si je savais très bien qu'elle n'avait pas pensé à mal en me proposant de vivre ici pour de bon et de nous unir à jamais un jour futur, il n'en ressortait pas moins que l'incohérence me blessait. L'unique autre interprétation de ses propos aurait été de dire que, pour Harley, nous n'étions pas déjà un couple, et que nous ne partagions pas déjà tout, que ce soit le logis ou les sentiments. Une pensée encore plus blessante, et donc inconcevable, mise dans la bouche de ma Harley.

Bon, comme elle venait de me souhaiter bonne nuit (ce qui donc, et on admirera au passage la logique brillante de mon esprit, signifiait qu'elle prévoyait d'aller se coucher), je mis sur le compte d'une extrême fatigue la maladresse de ses propos précédents. Oui, parce que moi, je comptais faire tout, sauf dormir, cette nuit. Je suis le Joker, le Clown prince du Crime, et les criminels, ça sort la nuit, quand le Soleil n'est plus là pour apporter sa rassurante lumière, et que toutes les ombres semblent prendre une forme inquiétante. Harley m'ayant fait évadé, je la dispensais tacitement de m'accompagner (elle se rattraperait bien plus tard) et sortit du salon, plus gaillard que jamais. J'allais tuer des gens, ha ha ha ! Le pied que ça allait être !


♪ Pirouet-teuh, mitraillet-teuh ♫
♪ un'avion en'explosion... ♫
Chantonnais-je d'un air guilleret, souriant à belles dents en renfilant un costume propre et en chargeant mon pistolet de jolies balles toutes brillantes.

Tel un personnage de dessins animés des années 50, je rejoignis l'entrée de la maison d'Harley, où trois de nos hommes de mains, cigarette en bouche, échangeaient des platitudes (tellement plates que je n'en écoutais pas une seule bribe). En m'apercevant, ils s'empressèrent de jeter leur mégot au loin (dans le voisin d'un imbécile quelconque) et s'empressèrent d'empoigner leurs armes, pour se donner l'air sérieux que je n'attendais pas d'eux.


Vous faites bien de vous débarrasser de ces choses-là : elles sont très mauvaises pour la santé. Approuvais-je en continuant sur ma lancée, pour m'arrêter devant le camion violet qui avait servi mon évasion.

Blindé, sans aucun doute, il contenait assez de places pour qu'on y rigole à quatre, et avait même été pourvu de recharges (Harley pensait décidément à tout !). En m'humidifiant les lèvres, je fis signe aux trois gorilles de m'emboîter le pas. Plantés comme des piquets à l'entrée de la maison d'Harley, ils ne firent pas un mouvement. Agaçant, n'est-ce pas ? Et dites-vous qu'avec ces primates à deux neurones, c'était tout le temps comme ça... Vous vous demandez encore pourquoi j'ai viré fou ?


En voiture, simone ! C'est toi qui conduis, c'est moi qui cartonne ! Claironnais-je en frappant du plat de la main le toit du véhicule à quatre roues (il paraît que le bruit fait réagir les animaux un peu débiles).

Las ! Mes subalternes froncent péniblement les sourcils (l'effort mental intense de réfléchir, sans doute) et l'un deux me marmonne sa pensée du moment.


Mais... On attend pas mademoiselle Harley ?

"Mademoiselle Harley" a eu son compte pour aujourd'hui. Et quand je vois quelle épreuve c'est de vous faire comprendre une consigne extrêmement simple, je comprends qu'elle puisse être fatiguée de sa journée. Avoir réussi à coordonner une bande d'incapables dans votre genre pour mener à bien mon évasion, ça a dû la vider de son énergie. D'ailleurs, demain, vous vous excuserez auprès d'elle d'être aussi fatigants. Mais pour l'heure... Avanti !

Mon dieu... Faîtes qu'ils parlent italien.

Avec la fulgurance d'une limace droguée aux anti-dépresseurs, mes hommes de main finissent par entrer avec moi dans la Jokermobile. Le porte-parole du groupe ose alors poser à voix haute la question que tout le monde doit se poser à voix basse :


C'est quoi, le plan, patron ?

On fonce dans les quartiers bourgeois de Gotham, là où les gens friqués traînent le soir et dînent en échangeant des blagues nazes, et on dégomme des passants au hasard ! On fait ça un petit quart-d'heure, sans jamais rester au même endroit, le temps que la police puisse recevoir des coups de téléphone paniqués et que les justiciers se sentent concernés. Puis on rentrera à la maison. Ce soir, on rappelle que le Joker est en ville, qu'il peut frapper n'importe quand, n'importe où, et surtout : pour n'importe quelle raison, ha ha ha !

Arrêtant brusquement de rire, je braque mon flingue sur la tête de machin, le porte-parole.

Si t'as pas compris un truc aussi simple, je te bute. Donc... T'as compris ce plan ?

Com... Compris monsieur Joker.


M'appelle pas monsieur, ça me vieillit, et j'ai horreur de vieillir.

Compris, Joker !

EH ! C'est à moi que tu parles, là ? J'suis pas ton pote, moi. J'suis ton boss, ok ? Alors du respect, quand tu me causes, d'accord ?

Com... Compris boss.

Ha ha ha ha ! Nan, j'plaisante. Appelles-moi comme tu veux, ma poule. On est entre nous, ici. Mais... Ne me vieillis pas. Et montres-moi du respect.

Ma main pose le flingue sur la banquette arrière, et je passe lascivement une main dans ma chevelure graisseuse.

Démarres, maintenant. Et roules !
Revenir en haut Aller en bas
Harley Quinn

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins

Messages : 55
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 27
Localisation : la ou vous y attendez le moins
avatar

Harley Quinn
MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   Lun 3 Mar - 2:00

Le lendemain matin Harley ce réveilla, mais ne voya pas le Joker et normalement quand le Joker n'est pas la ces qui as un problème contre Harley mais pas vraiment gros et Harley avait vu le regard du Joker il avait pas passer inaperçu hier soir Harley ne voulait pas lui faire de ma; au contraire elle croyais qui serais vraiment content elle c'était tromper mais comment réparer l,erreur en étant pas la.


Harley ce disa qui reviendrait alors elle prépara le repas préféré du Joker et s'habilla jolie comme jamais ce soir sa serait un grand soir et Joker disais que pour lui ils était déjà marié et ce demandait si Harley disait  unis un de ce ces jour parce quelle aimerait qui s'échangent leurs vœux et bien Harley aimait le Joker autant que le Joker l'aimait Harley pensait comme le Joker et comme que le Joker disait qui habiterait un jour a sa planque a leur coté a chaque Jours Harley était prête attendre a ce jours la sauf que pour l'instant Joker resterait a chaque jour auprès de Harley pour pas ce faire voir et Harley garderait sa maison comme entrepôt plus tard!!!

ceci dit voila la robe que Harley portait ce soir tout était arranger elle vait planifier durant l'absence de son Joker!!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


et elle portait ce collier et ces boucle d'oreilles


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Harley avait mis des chandelles des quelle attendait la porte ouvrir elle ce dirigea vers l'entré


et dit au Joker


- Salut mon amour désolé si je t'ai fait de la peine je pense comme toi pour notre amour mais je pensais te faire très plaisir et pour répondre a ta question oui notre amour es sincère oui je pense comme toi et moi aussi je trouve que ces comme si on serait marié alors oui pourquoi échanger nos vœux juste entre nous rien de très grand juste a la maison avec un bon souper au chandelles et soiré  que entre nous deux si tes hommes ne nous laisse pas on n'as que a la mettre dehors cette soirée la quand pense tu ?



suite a sa Harley voya les Hommes de mains du Joker rentré alors Harley leurs as dit

- vous avez besoin de ne plus arriver comme sa  n'importe quand quand le Joker vous le dit et pour mériter mon respect puisque vous êtes sous notre toit alors il faut que vous nous respectiez notre vie, intimiter et les règlent que ont vous donneront et ces le Joker qui les décidera.

Harley revena vers le Joker et lui dit alors suis moi mon amour le souper es prêt...

_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Harley Quinn [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'évasion du Joker (Réservé à la seule Harley de mon coeur ♥ -16-)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» THE DARK KNIGHT - JOKER BANK ROBBER (MMS79)
» Roller Eyes du JOKER DX.
» Joker: Nouvelle version
» THE DARK KNIGHT - BATMAN & THE JOKER
» La lecture, seulement un moyen d'évasion ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
batman  :: Asile d'Arkham :: Les cellules-